BFM Business

L'autoroute à base de matériaux 100% recyclés est testée en France

Ce tronçon d'un km sur une voie de l'A10 dans le sens Bordeaux-Paris a été réalisé par par Eurovia (Vinci) avec la collaboration du constructeur de matériel Marini-Ermont (Groupe Fayat).

Ce tronçon d'un km sur une voie de l'A10 dans le sens Bordeaux-Paris a été réalisé par par Eurovia (Vinci) avec la collaboration du constructeur de matériel Marini-Ermont (Groupe Fayat). - Vinci Autoroutes-Eurovia.

Une première portion d'autoroute faite de matériaux recyclés a été réalisée lors de la réfection de l'A10 reliant Paris à Bordeaux. Une "usine mobile" a produit à proximité l'enrobé du revêtement, limitant le coûteux et polluant ballet des camions chargés de matériaux.

Un tronçon d'un kilomètre préfigure t-il la future autoroute 100% "recyclée" qui préserve les ressources naturelles en pratiquant l'économie circulaire? Sur une voie de l'A10 dans le sens Bordeaux-Paris en Gironde, a été achevée une première portion de voie recouverte d'un nouveau revêtement à base de matériaux recyclés, issus du rabotage de celui qui recouvrait l'autoroute. 

Rien ne distingue visuellement ce revêtement 100% recyclé. L'innovation vient de l'enrobé bitumineux (le mélange de gravier, de sable et de liant) composé de 97% d'agrégats provenant de la déconstruction de la route. Un taux de recyclage inégalé jusqu'à présent, car il est de 18% en moyenne pour les routes réalisées ou rénovées en France et jusqu'à 50% sur certains chantiers.

Cette "première" a été réalisée à l'occasion du chantier de réfection de 40 km de cet axe autoroutier par Eurovia, filiale de Vinci avec la collaboration du constructeur de matériel Marini-Ermont (Groupe Fayat).

Une usine mobile a produit l'enrobé "recyclé"

L'autoroute "100% recyclée" (ou quasi, car quelques pourcentages d'additifs sont encore incontournables), présente des avantages "durables" multiples, explique le directeur général d'Eurovia France, Jean-Pierre Paseri. Elle préserve les ressources naturelles en n'utilisant pas de granulats vierges (extraits de carrières). Elle fait réaliser de considérables économies de transports des agrégats. Les 3000 tonnes utilisées sur ce kilomètre ont permis d'éviter 20 allers-retours de 300 km à des camions, selon Eurovia.

La clef est la réalisation d'une usine mobile -donc transportable tout près de l'axe routier à rénover- capable de réaliser des enrobés à chaud avec des matériaux jusqu'à 100% de recyclés, là où ce pourcentage ne pouvait être atteint que par de grosses unités fixes, donc distantes.

Un projet soutenu financièrement par l'État

Cette usine mobile "nouvelle génération" permet de réduire de 20 à 50% les consommations d'énergie, émission de gaz à effet de serre et composés organiques volatiles. Et ne perd pas en performance de production, de 250 à 400 tonnes/heure, selon le taux de recyclage.

Le coût global du projet d'autoroute "recyclée" est de cinq millions d'euros, dont 1,4 million issu de l'Ademe (agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) sous forme de subventions ou avances remboursables. Ce chantier bénéficie aussi (cf encadré ci-dessous) de financement du Programme d'investissements d'avenir (PIA) pour la "Route du Futur".

les projets "route du futur" du programme d'investissements d'avenir

Outre l'autoroute "100% recyclée", trois autres projets ont décroché en décembre 2017 des financements dans le cadre du programme d'investissements d'avenir (PIA) pour la "Route du futur".

  • Eurovia est aussi impliqué dans "Powerroad", projet de "route chauffante", pour déneiger une route ou chauffer un bâtiment, expérimentée dans le Doubs et les Yvelines depuis un an. Il est financé à hauteur de 1,8 million d'euros
  • Un autre projet repose sur un géosynthétique (une membrane) "intelligent", qui détecte et alerte sur un affaissement ou un effondrement éventuel des sols. Ce projet, du nom de "Regic", est le fait d'une PME, Texinov et a reçu 1,4 million d'euros du PIA.
  • Le projet, baptisé I-Street et coordonné par Eiffage, en partenariat avec Total, l’Ifsttar et la PME Olikrom, développe des solutions innovantes à différents maillons de la chaîne comme la fabrication d'enrobés sous forme de granulés, une chaussée urbaine démontable ou des peintures innovantes et des capteurs à intégrer dans la chaussée. Le financement total atteint 8,7 millions d'euros.
F.Bergé avec AFP