BFM Business

L'astuce de Boulanger pour vendre moins cher la Nintendo Switch

-

- - Nintendo

Alors que Nintendo a annoncé la sortie de sa nouvelle console pour le 3 mars, le prix est d'ores et déjà très bataillé par les revendeurs. Et c'est l'enseigne Boulanger qui propose le tarif le moins élevé. Mais il faut pour cela acheter un jeu. Explication.

Combien va coûter la future console de Nintendo? Voilà la question qui agite l'ensemble du secteur et qui intéresse les fans de la marque japonaise. Car la console hybride Switch est attendue au tournant. C'est elle qui devra faire oublier l'échec de la console de salon Wii U, vendue à seulement 13,36 millions d'exemplaires quand son aînée la Wii avait atteint les 102 millions d'unités.

Alors combien faudra-t-il débourser pour s'offrir cette Switch? Si aux États-Unis, elle est annoncée à 299,99 dollars, la firme ne communique aucun prix pour l'Europe. Pour quelle raison? Car en Europe, la législation interdit aux constructeurs de fixer les prix. C'est la prérogative des revendeurs (Fnac, Amazon, Carrefour...). Et les quelques marques comme Apple qui communiquent des prix de vente de produits ont elles-mêmes une activité de vente directe. Lorsque Apple communique le prix d'un iPhone, il s'agit de celui qui sera pratiqué sur l'Apple Store. Libre après aux revendeurs d'en fixer un autre.

La valse des étiquettes en quelques minutes

Donc pour connaître le prix de la Switch, Nintendo nous engage à aller regarder les prix des revendeurs. Des prix qui ont d'ailleurs fluctué dans la matinée. Micromania a ainsi dégainé le premier en affichant très tôt un tarif de 299,99 euros pour la console. Une parité parfaite euro/dollar rare dans le secteur. Chez Amazon, en revanche, la machine était au même moment affichée à 349,99 euros, soit 50 euros plus cher! Du jamais vu là non plus. Plus tard dans la matinée, les deux ont rectifié leurs prix et sont tombés sur le même: 329,99 euros. Ce qui semble être le prix de vente le plus répandu puisque c'est celui pratiqué notamment par la Fnac et CDiscount.

Mais un vendeur semble faire cavalier seul: Boulanger. L'enseigne a réussi un joli coup en annonçant la machine à 309,99 euros sur Twitter à 10 heures du matin, coupant l'herbe sous le pied de la concurrence.

-
- © -

Mais comment Boulanger a-t-il réussi à la proposer moins cher que la concurrence? Y aurait-il un accord commercial entre Nintendo et l'enseigne du groupe Mulliez? Interrogée, cette dernière reconnaît qu'il y a en fait une astuce marketing. "La console seule sera bien vendue à 329 euros, explique-t-on, mais si vous l'achetez avec le jeu Zelda qui coûte 69 euros, vous paierez l'ensemble 378 euros et non 398 euros. Dans ce cas-là, la console sera bien à 309 euros". Cela s'appelle un bundle (console + jeu) et Boulanger, malin, a préféré communiquer sur un prix fictif que personne ne paiera finalement. Pari réussi pour l'enseigne, qui est citée dans de nombreux articles comme "casseur de prix de la Switch".

Une question demeure: si les tarifs des distributeurs sont libres, comment se fait-il qu'ils proposent presque tous la console à ce même tarif de 329 euros? "Car tout le monde se suit, nous explique le responsable multimédia d'une grande enseigne. Quand il y en a un qui dégaine, nos logiciels le détectent immédiatement et nous adaptons nos prix. Mais si ce sont les robots qui détectent, ce sont les humains qui décident". Une pratique qui n'est pas nouvelle mais qui s'est accélérée avec l'émergence du e-commerce. "Avant nous allions chercher les tracts de nos concurrents dans les boîtes aux lettres, explique ce distributeur. On alignait alors nos prix dans la semaine. Aujourd'hui c'est en temps réel qu'il faut réagir!" Surtout avec des produits aussi attendus que la Nintendo Switch.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco