BFM Business

L’architecte du Viaduc de Millau va révolutionner le fret africain avec ses drones-cargo

Dès 2019, le projet RedLine s'ouvrira au transport commercial pour livrer les produits commandés sur Internet.

Dès 2019, le projet RedLine s'ouvrira au transport commercial pour livrer les produits commandés sur Internet. - Rafa Rivas - AFP

Pour améliorer le fret humanitaire et commercial en Afrique, Norman Foster construit un port dédié aux drones sur les rives du lac Kivu. Le but est d’assurer à court terme 10 à 15% du transport de marchandises africain dans la prochaine décennie.

À 80 ans, Norman Foster a toujours les yeux tournés vers l’avenir. Cet architecte britannique, qui a signé des projets monumentaux allant de gratte-ciel à l’aménagement de capsules pour les vols orbitaux, en passant, évidemment, par le Viaduc de Millau, se lance avec le projet RedLine dans un plan aussi impressionnant que les autres.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 15 septembre, Lord Foster a annoncé l’ouverture en 2016 à Kibuye (Rwanda), d’un port capable d’accueillir des drones très particuliers. Il s’agit d’avions sans pilote décliné en deux tailles (3 et 6 mètres d’envergure) pour livrer vivres et fournitures médicales. Ces appareils peuvent transporter des colis de 2 kilos pour un coût d'environ un millier de dollars sur une distance maximum de 80 kilomètres.

Ce projet est soutenu par le gouvernement rwandais qui finance l’opération et l’appuie en acceptant d’ouvrir son espace aérien à ces transporteurs d’un nouveau genre.

Le port solaire deviendra la station-service du futur

Pour réceptionner ces cargos et recharger leurs batteries, Norman Foster prépare un port à énergie solaire qui est déjà considéré comme "la station-service du XXIe siècle". Totalement connecté pour surveiller le manège aérien de la flotte, la rade à l’ambition de développer des services technologiques à bas coûts.

Cette opération va démarrer par du fret humanitaire, mais elle vise aussi une activité commerciale classique dès 2019 afin de livrer les produits commandés sur Internet. Cette version e-commerce permettra de transporter des charges de 10 kg pour un tarif d’environ 4.000 dollars.

Selon Jonathan Ledgard, patron d'AfroTech, un département de l’école Polytechnique de Lausanne, partenaire du projet, ces drones seront bientôt capables d’assurer entre 10 et 15% du transport régional de marchandises. Ce spécialiste estime aussi que d’ici 2020, ils transporteront des charges de 20 kg sur plusieurs centaines de kilomètres.

Pour le moment, le projet RedLine se concentre sur le Rwanda, mais il va s’étendre à d’autres pays d’Afrique. Pour Lord Foster, les technologies peuvent avoir "un impact de sauvetage immédiat en Afrique. Avec son paysage géographique et social difficile, le Rwanda est le terrain d'essai idéal pour ce projet".

Pascal Samama