BFM Business

Kodak a-t-il une quelconque chance de s'imposer dans le smartphone?

Vendu dans une sacoche vintage, le smartphone Kodak Ektra vise un public amateur lifestyle fan de produits vintage.

Vendu dans une sacoche vintage, le smartphone Kodak Ektra vise un public amateur lifestyle fan de produits vintage. - Kodak - CNN

Balayée dans les années 2000 par la photo numérique, la célèbre marque américaine revient avec un téléphone conçu par une société britannique.

Kodak peut-il revenir sur le devant de la scène? La marque d'appareils photo qui, faute d'avoir pris à temps le virage du numérique a presque sombré corps et âmes il y a une vingtaine d'années, peut-elle à nouveau séduire le grand public? Kodak est bien sûr réaliste. Sans rêver de détrôner Apple, le groupe tente juste une percée sur le marché du grand public en jouant sur la notoriété de sa marque.

Kodak Ektra, le smartphone sous Android qu'elle lance en Europe, est très orienté sur l'image. Il embarque un appareil photo de 21 mégapixels à l’arrière (13 mégapixels pour l’avant) ainsi qu'un écran full HD de 5 pouces et 32 Go de mémoire. Sur le papier, ce smartphone n'a pas à rougir de la concurrence pour ses capacités photographiques. Son design soigné rappelle celui d'un appareil photo. Avec son touché granuleux en faux cuir, son gros capteur en façade et sa sacoche vintage qui rappelle celles des appareils photos d'antan. D'ailleurs, les amateurs les plus pointus se souviennent sans doute d'Ektra. 

"A l’origine, l’appareil photo Kodak Ektra avait été lancé en 1941, rappelait en octobre dernier Jeff Clarke, le directeur général de Kodak. Sa dernière réincarnation ouvre un monde d’opportunités créatives pour tous ceux qui s’intéressent à la photographie?" Un produit plutôt cher pour une marque qui fait son entrée sur le marché du smartphone: il est proposé à 500 euros.

-
- © -

Mais si Kodak a participé à sa conception, il n'est pas à proprement parler le fabricant de l'appareil. C'est la société britannique Bullitt qui a développé le produit. Cette compagnie utilise en effet des licences de marques comme Caterpillar ou Kodak pour lancer des smartphones sur des niches. Sur le plan technologique, elle est évidemment loin de rivaliser avec les grands du secteur. D'ailleurs Bullitt reconnaît ne pas chercher à ferrailler avec Apple ou Samsung. Appareil plus orienté "lifestyle", l"Ektra vise surtout un public amateur de vintage. Un public plutôt fortuné vu le prix du produit.

La marque plus que l'innovation

Pour Kodak il s'agit de remettre un pied dans l'univers du numérique grand public. Scindée en deux suite à sa faillite en 2012 et la revente de 13 usines en 2013, l'ex-géant de la photo s'est depuis recentré sur l'imagerie professionnelle. Elle cédé des licences de marques à un Chinois pour les appareils photos et donc à l'anglais Bullitt pour les smartphones. Mais la reconquête auprès du grand public sera compliqué. L'IM5, un premier smartphone lancé en 2015 à destination d'un public âgé n'a pas vraiment marqué les mémoires. Surtout, sur le marché très concurrentiel et mature du smartphone, la marque Kodak ne parle pas au public.

La société Eastman Kodak est dans une approche plus marketing qu'innovante dans sa stratégie grand public. Fin 2016, elle a d'ailleurs confié à TLC, une société spécialisée dans l'extension de marque qui gère notamment les licences Coca-Cola ou... Jennifer Lopez, le soin de trouver des débouchés pour sa marque. Aujourd'hui Kodak est notamment utilisée pour vendre des piles, des paires de jumelles ou encore des lunettes. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco