BFM Business

Jeux vidéo: les smartphones détrôneront-ils les consoles?

L'E3, la messe annuelle du jeu vidéo, se tiendra du 16 au 18 juin à Los Angeles

L'E3, la messe annuelle du jeu vidéo, se tiendra du 16 au 18 juin à Los Angeles - Christian Petersen - Getty Images - AFP

Alors que s’ouvre le grand salon E3 du jeu vidéo à Los Angeles, l’industrie va bien entendu vanter sa bonne santé. Mais la réalité est moins rose pour les producteurs de consoles inquiets de la montée en puissance des smartphones et tablettes.

Jusqu’ici tout va bien. Avec l’ouverture aujourd’hui à Los Angeles du salon E3 du jeu vidéo, l’industrie va encore redoubler d’optimisme. Des jeux qui en mettent plein la vue, de plus en plus d’adeptes à travers le monde (près de 34 millions rien qu’en France selon le Centre national du cinéma) et un chiffre d’affaires qui est reparti à la hausse en 2014 à la faveur d’un nouveau cycle de consoles (la PS4, Xbox One et Wii U)...

Aucun nuage dans le ciel toujours plus bleu des fabricants de consoles. Sauf qu’en réalité, derrière les sourires d’apparat, les responsables du secteur reconnaissent à demi-mot que l'euphorie qui prévalait voici quelques années n'est plus tout à fait de mise. Ainsi en France, le chiffre d’affaires du marché du jeu a cru de 3% en 2014 à 2,7 milliards d’euros. Honnête mais pas exceptionnel.

En 2007, année équivalente à 2014 pour la génération précédente de consoles, la croissance était de 50%! "Le marché a il est vrai un peu pâti des nombreux reports de gros jeux en 2014 et qui sortiront en 2015", reconnaît Jean-Claude Ghinozzi, le président du Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisir (Sell). Ainsi, si les ventes de consoles ont bien profité de l’engouement pour les nouvelles machines, celles de jeux en revanche ont baissé en France de 7% sur la période.

Nintendo dégringole

Simple report d’une année sur l’autre ou problème plus aigu? Un fabricant cristallise les doutes liés à l’évolution du secteur: Nintendo. Après les cartons mondiaux de la Wii et de la DS à la fin des années 2000 (au total plus de 250 millions de machines vendues), le japonais échoue à toucher un aussi large public. Nintendo qui avait réussi à attirer de nouveaux publics (les femmes, les seniors…) avec ses jeux de bowling et sa planche de fitness n’a ainsi vendu "que" 10 millions de Wii U depuis son lancement fin 2012. Sa console portable 3DS peine aussi à faire aussi bien que sa grande sœur avec des ventes en chute de 40% l’année dernière.

Mais où sont donc partis ces millions de joueurs séduits par les jeux dits "casual" de la génération précédente? Sur smartphone évidemment. Car s’ils ne sont pas exclusivement dédiés aux jeux, les téléphones permettent d’accéder à des milliers de titres le plus souvent gratuits quand le moindre jeu sur console vaut de 40 euros à 70 euros. Surtout ces petits jeux accaparent de plus en plus de temps de loisir disponible.

"Nous avons peut-être perdu des joueurs qui étaient venus au jeu vidéo sur des propositions simples et qui sont, depuis, partis sur Candy Crush ou autres jeux du genre", reconnaît Stephan Bole, le directeur général de Nintendo France. En France, ce sont ainsi les applis mobile de jeux qui ont connu la plus forte croissance en 2014 (+5% à 200 millions d’euros).

La réalité virtuelle en sauveur?

Conscients du problème, les fabricants de consoles tentent de renouveler l’expérience de jeu avec de nouvelles technologies. Comme les casques de réalité virtuelle. Microsoft s’est ainsi associé à Facebook pour proposer une version compatible avec sa Xbox One de son casque Oculus Rift et Sony travaille sur son propre modèle baptisé Morpheus pour une sortie attendue en 2016. Quant à Nintendo, son président Satoru Iwata a annoncé voici quelques semaines que la firme planchait sur un nouveau modèle de console provisoirement baptisé NX. Une machine pour l’heure nimbée de mystères et qui ne sera pas malheureusement pas présente à l’E3 de Los Angeles…

Frédéric Bianchi