BFM Business

Intel conforte sa position dans l'intelligence artificielle

Intel rachète Nervana.

Intel rachète Nervana. - Robyne Beck - AFP

Le géant des puces informatiques rachète Nervana. Cette jeune entreprise est spécialisée dans les algorithmes permettant à des machines d'apprendre de manière accélérée.

Intel se renforce dans le domaine de l'intelligence artificielle avec le rachat de la startup californienne Nervana. Les modalités financières de la transaction ne sont pas divulguées, mais certains sites spécialisés évoquent un montant allant de 350 à un peu plus de 400 millions de dollars.

Nervana est une entreprise créée en 2014, basée à San Diego dans le sud de la Californie, et dont Intel met en avant l'expertise dans les algorithmes permettant à des machines d'apprendre de manière accélérée. Elle emploie actuellement 48 personnes, qui vont toutes rejoindre la division d'Intel recouvrant ses composants pour les centres de données.

Ces derniers sont, avec les objets connectés, l'un des marchés jugés porteurs sur lesquels le groupe est en train de se repositionner en vue de réduire sa dépendance au marché en crise du PC.

L'ampleur des informations collectées

Dans un message sur le blog du groupe annonçant l'acquisition de Nervana, Diane Bryant, vice-présidente d'Intel en charge des centres de données, rappelle l'ampleur des informations collectées par les objets connectés.

"La capacité d'analyser et de tirer de la valeur de ces données est l'une des opportunités les plus enthousiasmantes pour nous tous", et l'intelligence artificielle joue pour cela un rôle "central", fait-elle valoir.

L'intelligence artificielle est un créneau qui intéresse actuellement beaucoup de grands acteurs du secteur technologique, que ce soit en vue d'accélérer l'analyse de grandes quantités de données --comme IBM avec son système en ligne Watson- ou pour améliorer les produits proposés à leurs utilisateurs en les rendant plus interactifs et intuitifs, à l'image des assistants virtuels tels Siri chez Apple, Cortana chez Microsoft, Alexa chez Amazon ou Google Now.

D. L. avec AFP