BFM Business

IBM: le plan social validé par la justice

9.000 personnes sont encores employées par IBM en France.

9.000 personnes sont encores employées par IBM en France. - -

La CGT a été déboutée par le tribunal de grande instance de Nanterre, ce jeudi 23 janvier. Le syndicat attaquait un plan de redressement d'IBM prévoyant la suppression de 689 postes.

Le dernier espoir de la CGT pour sauver 689 postes chez IBM tombe à l'eau. Le tribunal de grande instance de Nanterre a débouté le syndicat de sa plainte, ce jeudi 23 janvier.

Selon le délibéré, "La fédération de la CGT ne démontre pas que le plan de sauvegarde de l'emploi présenté initialement soit insuffisant ou incomplet". La société informatique "a fourni des efforts réels et sérieux pour créer des activités nouvelles", et "les mesures de reclassement interne et d'offre de formation sont complètes et précises", insiste le tribunal.

Le syndicat insistait au contraire sur la croissance actuelle d'IBM. La société supprime des postes dans l'Hexagone alors qu'elle emploie aujourd'hui deux fois plus de personnes dans le monde qu'il y a dix ans.

75 millions d'euros le plan

Le nombre de reclassements était également jugé insuffisant par le syndicat. Mais le tribunal précise qu'avec un plan de sauvegarde de l'emploi de 75 millions d'euros, le coût moyen par salarié bénéficiant du plan sera de 1.000 euros.

"Eu égard au résultat net d'IBM France, il n'apparaît pas que le plan soit insuffisant", estime le jugement. La CGT avait déjà été déboutée le 22 novembre dernier lors d'un recours en référé.

Le sort de 399 postes français reste en discussion actuellement, selon la CGT. En avril 2013, l'entreprise disait vouloir réduire ses effectifs en France de 1.200 à 1.400 emplois.

IBM emploie 434.200 personnes dans le monde, dont un peu moins de 9.000 en France. La société cherche aujourd'hui à se séparer de sa branche spécialisée dans la construction de matériel informatique, jugée peu rentable.

J.S avec AFP