BFM Business

Hello Asso transforme les pourboires en modèle économique rentable

En quatre ans, HelloAsso a collecté plus de 10 millions d’euros. En 2014, la startup a réalisé un chiffre d’affaires de 400.000 euros et a réussi à créer une dizaine d'emplois.

En quatre ans, HelloAsso a collecté plus de 10 millions d’euros. En 2014, la startup a réalisé un chiffre d’affaires de 400.000 euros et a réussi à créer une dizaine d'emplois. - HelloAsso

Ismaël Le Mouël a eu une idée en or. Lancée en 2010, sa plateforme de collecte en ligne pour les associations ne se rémunère qu’avec des pourboires laissés par les internautes, et ça marche plutôt bien…

Pas de pub, pas d’abonnement et encore moins d’accès payant. Pour financer sa startup, Ismaël Le Mouël a misé sur une rémunération basée sur la qualité de son service. Et il a gagné son pari.

Diplômé de Polytechnique et d’HEC, ce jeune entrepreneur est allé en Argentine après ses études. Il y a découvert les entreprises autogérées et a décidé de se lancer dans l’économie sociale et solidaire.

Hello Asso s’est lancée sur un marché qui n’intéressait jusque-là pas grand monde : les associations. Elle propose de gérer leur administration et de collecter les dons et adhésions qu’elles récoltent. Une forme de crowdfunding, dont la particularité est de ne prendre aucune commission.

"Il y a de la valeur dans l'économie participative ou collaborative, mais les commissions portent des valeurs différentes", estime le fondateur de la startup.

Déjà plus d'une dizaine d'emplois créés

Lorsqu’ils s’acquittent de leur adhésion ou quand ils font un don, les internautes ont la possibilité de laisser un pourboire, mais uniquement s’ils le veulent. Un modèle économique simple, courageux et efficace.

"Au départ, moins de 10% des personnes laissaient un pourboire, mais aujourd'hui, ils sont 60%", nous a indiqué Ismaël Le Mouël qui précise qu'en moyenne, ces dons représentent 2.5% des sommes collectées. "C'est l'équivalent ce que prend Paypal, mais c'est bien en dessous de ce que prennent les grandes plateformes de crowdfunding."

Entre novembre dernier et février 2015, Hello Asso est passé de 5 à 10 millions d’euros collectés. Elle pense atteindre 15 millions en fin d'année.

En 2014, son chiffre d’affaires a atteint 400.000 euros et a même déjà réussi à créer une dizaine d'emploi et prépare le recrutement de trois autres salariés.

"Ce succès s’explique à la fois par une prise de conscience du secteur associatif quand-à leur nécessaire transition numérique, par le succès croissant des plateformes de financement participatif, mais également par notre obtention du label "La France S’Engage" au printemps dernier", explique Ismaël.

Un Sommet Mondial dédié au numérique citoyen

Le potentiel est énorme avec 1,3 million d’associations actives en France, 1.8 Million de salariés et plus de 3 Français sur 10 qui y s’y investissent comme bénévole. Quant au budget, il représente un total de 70 milliards d’euros dont 51% proviennent de fonds privés.

Mais l’engagement d’Ismaël Le Mouël ne s’arrête pas à sa startup. Il est l’un des cofondateurs, avec Léa Thomassin sa partenaire sur Hello Asso, de la Social Good Week, un évènement solidaire dont la 3e édition s’est tenue à Paris en décembre 2014.

Il y a rassemblé les acteurs (public et privés) impliqués dans cette économie. Mais il a surtout réussi à convaincre François Hollande d’organiser en 2016 un sommet mondial dédié au numérique citoyen. Pour le jeune dirigeant, "cette annonce permettra de montrer que la France a toute sa place dans la renaissance citoyenne que permet le numérique".

Pascal Samama