BFM Business

Généalogie : jackpot pour le site des Mormons

Ancestry.com intéresse le fonds européen Permira

Ancestry.com intéresse le fonds européen Permira - -

Ancestry.com répertorie des milliards de données personnelles et historiques. Un véritable trésor qui pourrait être racheté plus d'un milliard de dollars.

Le site américain de généalogie Ancestry.com est sur le point d'être racheté pour plus d'un milliard de dollars. Une somme à première vue étonnante qu'est pourtant prêt à débourser le fonds d'investissement Permira. Et pour cause, le site Ancestry répertorie des milliards de données personnelles et historiques, des données qui sont devenues de précieuses marchandises. Et après les Etats-Unis, c'est le marché européen qui est aujourd'hui dans la ligne de mire du site.

Un travail monumental a été effectué pendant des dizaines d'années. A l'origine, ce sont les Mormons qui sont derrière ce projet fou. Traditionnellement, la généalogie fait partie de leur culture. La société Ancestry, installée dans l'Utah, le fief des Mormons, a rassemblé et classifié des milliards de documents et d'informations historiques et personnelles. En tout, 38 millions d'arbres généalogiques sont disponibles pour le grand public.

S'attaquer au marché européen

Mais pour ça, il faut payer. Entre 12 et 35 dollars par mois pour pouvoir reconstituer ses racines familiales. Aujourd'hui la plateforme compte plus de 2 millions d'abonnés dans le monde anglo-saxon. Et l'objectif est désormais de s'attaquer à l'Europe occidentale. D'où l'arrivée du fonds d'investissement européen Permira dans le consortium qui devrait payer 1,6 milliard de dollars pour prendre la main sur cette mine d'or.

Le site de généalogie américain Ancestry.com a donné son accord à une offre de rachat par un groupe d’investisseurs dirigé par le fonds européen Permira, pour 1,6 milliard de dollars soit 1,2 milliards d’euros, à en croire le Wall Street Journal.

Le site permet aux internautes, en échange d’un abonnement, d’accéder à des documents en ligne leur permettant de retrouver leurs racines familiales. Toujours selon le journal new-yorkais, le service qui compte actuellement près de deux millions d’abonnés pourrait prochainement renforcer sa présence en Europe.

Isabelle Gollentz