BFM Business

Fusion dans les télécoms: et si l'Etat perdait 3 milliards d'euros?

L'Etat pourrait devoir brader le lot de fréquences 700Mgz sur lesquelles il espérait faire enchérir les opérateurs télécoms.

L'Etat pourrait devoir brader le lot de fréquences 700Mgz sur lesquelles il espérait faire enchérir les opérateurs télécoms. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

En cas de fusion de SFR avec Bouygues ou Numericable, le lot de nouvelles fréquences que l'Etat s'apprêtait à vendre n'intéresserait plus les opérateurs. Elles devaient lui rapporter 3 milliards d'euros pour alimenter le budget militaire.

Et si le big bang dans les télécoms faisait perdre 3 milliards d'euros à l'Etat ? Ce pourrait être l'une des conséquences imprévues du billard à 12 bandes qui se joue dans le monde des télécoms.

Le gouvernement est pressé de vendre aux opérateurs mobiles de nouvelles fréquences, dites 700 mégahertz, aujourd'hui utilisées par la TNT. Il veut en tirer 3 milliards d'euros. Cette manne doit servir à alimenter le budget de la Défense. Mais les grandes manœuvres de ces derniers jours dans le secteur des télécoms pourraient complétement remettre en cause ce scenario.

Le gouvernement misait surtout sur Free, le seul opérateur qui ne dispose pas encore de "fréquences en or", qui garantissent une meilleure couverture à l'intérieur des bâtiments notamment. En clair, ce nouvel appel d'offre, Xavier Niel ne pouvait pas y couper.

Free devait jouer l'appât

Il devait en sus jouer le rôle d'appât. Orange, SFR et Bouygues -qui eux n'ont pas besoin de nouvelles fréquences dans l'immédiat- auraient forcément suivi, même en traînant des pieds, pour ne pas être en reste. Le scenario était presque parfait. Jusqu'à ce que Free ne rachète le réseau et une partie des fréquences de Bouygues.

En clair, le 700 Mhz, il n'en a plus besoin. Du coup, le risque, c'est que plus personne n'y aille. "Si Free n'est pas là pour faire monter les prix, il y a peu de chances qu'on se lance dans une course aux enchères", confirme un opérateur.

Une source proche du dossier va plus loin : "vous mettez ces fréquences en vente aujourd'hui, personne ne les achètera". En clair, le deal entre Bouygues et Free va faire économiser 3 milliards d'euros à l'ensemble du secteur. Et faire perdre autant au gouvernement.

Anthony Morel