BFM Business

Frédéric de Gombert (Akeneo): "On peut être fier de la French tech"

Invité sur le plateau de Good Morning Business, le cofondateur d'Akeneo, qui vient de lever 41 millions d'euros, revient sur les performances récentes de la French tech.

Spendesk 35 millions d'euros. JobTeaser 50 millions d'euros. Akeneo 41 millions d'euros. Inotrem 39 millions d'euros. Cette semaine, la French tech était à l'honneur avec une série de levées de fonds impressionnante, pour des entreprises de pointe qui proposent souvent des services plutôt techniques. "Quand vous analysez les start-up qui ont levé récemment, ce ne sont pas des activités qui sont complètement fantasques", remarque Frédéric de Gombert, PDG et cofondateur d'Akeneo, invité ce vendredi sur le plateau de Good Morning Business. "C'est un peu la spécialité de la French tech, c'est de répondre à des besoins qui ne sont pas toujours très sexy mais qui correspondent à des besoins de la vraie vie."

Akeneo propose, par exemple, aux marques d'enrichir leurs fiches produits. Spendesk, de son côté, s'occupe de la gestion des paiements au sein des entreprises. "Enfin la French tech se réveille et se développe. Donc on peut en être fier", se félicite Frédéric de Gombert.

En attendant le Next40

Cette semaine est aussi le reflet d'un début d'année particulièrement fructueux en France. Entre janvier et juin 2019, les start-up françaises ont levé un total de 2,8 milliards d'euros, soit une hausse de 43% par rapport à l'an dernier, selon le baromètre du capital-risque du cabinet de conseil EY.

Surtout, ces opérations interviennent à quelques jours du lancement de Next40, un indice qui va rassembler les start-up françaises les plus prometteuses. L'enjeu, pour la place française, c'est maintenant de transformer l'essai avec de grosses opérations de sortie comme des fusions-acquisitions ou des introductions en Bourse, qui sont pour l'instant le talon d'Achille de la French tech. Emmanuel Macron devrait faire des annonces mardi prochain, à la veille du France Digitale Day.

Thomas LEROY