BFM Business

Foxconn préfère encore investir en Chine plutôt qu'aux États-Unis

Le géant taïwanais de l'électronique Foxconn prévoit un investissement de 8,3 milliards d'euros en Chine pour ouvrir une usine d'écrans LCD,

Le géant taïwanais de l'électronique Foxconn prévoit un investissement de 8,3 milliards d'euros en Chine pour ouvrir une usine d'écrans LCD, - STR-AFP

Le taïwanais Foxconn, sous-traitant d'Apple, investira 8,3 milliards d'euros en Chine dans une usine d'écrans LCD de grande taille, à très haute résolution. Son patron s'est dit plus circonspect sur d'éventuels projets aux États-Unis.

Foxconn, connu notamment pour assembler les iPhone d'Apple, va dépenser au total 61 milliards de yuans (8,3 milliards d'euros) dans un complexe industriel situé dans la métropole méridionale de Canton. L'usine produira des écrans liquides à cristaux liquides (LCD) de grande taille et d'une résolution "ultra-élevée" --dits "8K de génération 10.5"--, a précisé le groupe lors d'une conférence vendredi à Canton.

D'après Foxconn, l'usine de Canton, qui sera opérationnelle en 2019, générera des revenus de 92 milliards de yuans par an, en répondant à la fringale grandissante d'écrans "intelligents" (téléviseurs, jeux vidéo, multimédia...) en Asie.

Le site sera opéré par une coentreprise entre Foxconn et Sharp, le pionnier japonais de l'affichage à cristaux liquides (LCD) --dont le taïwanais a pris le contrôle début 2016, en en possédant 66% du capital. Foxconn et Sharp exploitent déjà ensemble une usine de dalles-mères LCD de grandes dimensions au Japon.

Le PDG de Foxconn temporise sur d'éventuels projets aux États-Unis

"La Chine encourage l'économie qui marche, (les technologies de) réalité virtuelle (...) C'est la bonne direction", s'est enthousiasmé Terry Gou, président de Foxconn, dans un entretien au quotidien financier 21 Shiji Jingji Baodao.

"Quant à savoir si nous investirons à l'avenir aux États-Unis, je n'en ai aucune idée. A vrai dire, la nouvelle administration n'est pas encore entrée en fonction, ses nouvelles politiques ne sont pas arrêtées", a observé Terry Gou. Pourtant, le groupe Foxconn -aussi appelé Hon Hai- a été récemment associé à une annonce tonitruante du président élu américain Donald Trump.

Celui-ci avait annoncé début décembre que le géant japonais des télécommunications SoftBank était "d'accord" pour investir 50 milliards de dollars aux Etats-Unis, avec 50.000 emplois à la clé. Le PDG de Softbank s'était rendu en personne à la Trump Tower, et un document qu'il tendait suggérait que Foxconn serait un co-investisseur du projet. L'industriel taïwanais s'était alors contenté de répondre qu'il ne dévoilerait d'éventuels détails qu'après "l'achèvement des discussion directes avec les autorités américaines concernées".

F.Bergé avec AFP