BFM Business

Facebook voudrait développer sa propre e-monnaie

Facebook pourrait développer sa propre e-monnaie.

Facebook pourrait développer sa propre e-monnaie. - -

Le réseau social chercherait à proposer des services financiers, et aurait approché trois start-ups financières, selon un article du Financial Times paru le 14 avril. Un moyen d'augmenter ses revenus grâce aux commissions perçues sur les transactions.

Est-ce que Facebook veut devenir banquier? Le réseau social voudrait proposer des services financiers, et devrait obtenir dans les prochaines semaines le droit de stocker de l'argent pour ses utilisateurs en Irlande, selon le Financial Times.

Un article, publié dimanche 14 avril, précise que l'e-monnaie ainsi créée pourrait être utilisée dans toute l'Europe. La société aurait également approché trois start-ups londoniennes de transferts d'argent pour proposer d'autres services.

Interrogé par le quotidien américain, Facebook a répondu ne pas répondre "aux rumeurs et aux spéculations". Mais selon le quotidien américain, le réseau social aurait beaucoup à gagner.

Un moyen de s'imposer dans les pays émergents

Facebook sert déjà d'intermédiaire entre ses utilisateurs et les développeurs d'applications payantes aux Etats-Unis. Ces transactions ont représenté 2,1 milliards de dollars en 2013, et le réseau social a réclamé des commissions allant jusqu'à 30%.

La somme obtenue représente 10% des revenus de Facebook l'année dernière. Alors que les revenus du réseau social dépendent principalement de la publicité, cette nouvelle source expliquerait son intérêt pour les services bancaires.

La société cherche également à s'imposer dans les pays émergents, où les e-monnaies sont particulièrement développées. Vodaphone a ainsi acquis le droit de développer sa propre e-monnaie, le M-Pesa, en Roumanie. En Chine, les sites Tencent et Alibaba cherchent également à devenir des plateformes monétaires.

Reste à savoir si le réseau social arrivera à convaincre ses utilisateurs qu'ils peuvent lui faire confiance avec leurs données bancaires. Facebook est régulièrement attaqué sur la confidentialité des données mises en ligne par les internautes.

Joseph Sotinel