BFM Business

Facebook veut révolutionner la réalité virtuelle avec le geste

Avec Peebles Interfaces, Oculus veut créer une nouvelle génération de jeux vidéos, mais aussi affirmer son rôle dans les applications militaires ou médicales.

Avec Peebles Interfaces, Oculus veut créer une nouvelle génération de jeux vidéos, mais aussi affirmer son rôle dans les applications militaires ou médicales. - Mark Ralston - AFP

La réalité virtuelle ne s’arrête pas à la vision. Les gestes ont aussi leur importance. Pour améliorer son casque, Oculus, filiale de Facebook, vient de s’offrir une startup israélienne spécialisée dans la reconnaissance de mouvements.

Après la vision, Oculus, filiale de réalité virtuelle de Facebook, veut s’orienter dans le mouvement. Et pour cela, elle mise sur Pebbles Interface, une startup israélienne spécialisée dans la reconnaissance de mouvement. Aucun détail financier n’a été révélé.

Pour Oculus, il s’agit de travailler sur la deuxième génération de casque de réalité virtuelle. Elle s’y prend tôt puisque son casque ne sera pas commercialisé avant le début de l’année 2016.

Le but d’Oculus est évidemment de développer une nouvelle génération de jeux vidéo qui permettra au joueur de joindre le geste au regard. Il sera ainsi possible de manipuler virtuellement des objets tout aussi virtuels. Le jeu reste, comme vient de le répéter Brendan Iribe, directeur général d’Oculus, le principal objectif.

Mais déjà, d’autres types d’applications pourraient être mises au point. Sur son site, Oculus évoque des applications militaires, médicales ou pour l'industrie de la vidéo de charme.

Du jeu vidéo à la chirurgie de pointe

La filiale de Facebook indique qu’à long terme, elle voudrait "débloquer de nouvelles méthodes d'interaction humaine dans la réalité virtuelle et révolutionner la manière dont les gens communiquent dans des mondes virtuels".

Créée il y a 5 ans, Peebles Interfaces a développé une technologie pour créer des interactions gestuelles avec toutes sortes d’appareils de grande consommation. Hormis le jeu, l’une des applications possible est de réaliser des tests de consommateurs dans des magasins virtuels afin d’étudier leur comportement.

Ces technologies sont aussi amenées à devenir des outils de formation dans de nombreuses professions comme la chirurgie. Oculus a déjà un pied dans cet usage. Sa technologie a permis de réaliser la première opération filmée en 3D et visualisable en réalité virtuelle. Cette expérimentation a été menée en France avec l’équipe du Docteur Thomas Grégory, chirurgien orthopédiste, enseignant à l’université de Paris Descartes et diplômé de science à l’Imperial College.

Pascal Samama