BFM Business

Facebook propose à des utilisateurs de voter contre un commentaire

Facebook teste une nouvelle fonctionnalité auprès des internautes australiens et néo-zélandais.

Facebook teste une nouvelle fonctionnalité auprès des internautes australiens et néo-zélandais. - Giorgi Balakhadze

Facebook s'inspire d'une fonction emblématique du réseau social Reddit. Pour le moment, seuls certains internautes australiens et néo-zélandais sont concernés.

Facebook pioche des idées tous azimuts pour s'améliorer. Après s’être inspiré du format "stories" de Snapchat, le réseau teste une fonction emblématique du site Web communautaire Reddit. Le bouton "downvote", qui permet d'exprimer son désaccord vis-à-vis d'un commentaire, a été déployé chez des utilisateurs en Nouvelle-Zélande et en Australie, a repéré The Next Web ce 29 avril.

L'outil permet de faire remonter ou baisser un commentaire en fonction du nombre de votes qu'il obtient, ces mêmes votes étant anonymes. Cela permet de classer les commentaires en fonction de leur popularité, et de faire disparaître les moins plébiscités. 

"Appuyez sur la flèche du haut si vous trouvez qu’un commentaire est utile ou pertinent. Votre contribution sera anonyme", a ainsi pu voir apparaître un internaute australien sur Facebook, le 29 avril. 

Cette description ressemble grandement à celle rédigée par Reddit pour décrire son système de vote. "Si vous pensez que quelque chose contribue à la conversation, mettez un upvote. Si vous pensez qu’il n’apporte rien à la rubrique ou s’il n’a rien à faire dans cette communauté particulière, utilisez le downvote", peut-on lire dans les conditions d'utilisation du réseau. Tant et si bien qu'Alexis Ohanian, le cofondateur de Reddit, s'est dit flatté par la nouvelle fonction de Facebook.

Sur son réseau, Facebook met déjà en avant les commentaires qui suscitent le plus d'engagement, qu'il s'agisse de likes ou de réactions. L'intégration du downvote à ses outils d'interaction devrait permettre d'augmenter encore davantage la visibilité des commentaires jugés constructifs. En revanche, Facebook ne semble toujours pas prévoir de bouton "dislike" ou "pouce en bas", qui permettrait de désapprouver les publications - statuts, photos, ou vidéos - des membres de son réseau.

Facebook a pour habitude de procéder à des tests confidentiels et restreints à certaines parties du monde avant de déployer ses nouveautés à plus grande échelle. Les premiers tests visant à modifier le fil d'actualité, et à mettre en avant les publications de ses amis par rapport à celles des médias ou marques, avaient également porté sur un sélection d'utilisateurs. Moins d'un an plus tard, cette innovation faisait sa première victime. En deux mois, le média social américain LittleThings a vu son trafic chuter de 75%.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech