BFM Business

Facebook : pourquoi le bouton ''je n'aime pas'' ne verra jamais le jour

Mark Zuckerberg veut que Facebook reste un lieu positif

Mark Zuckerberg veut que Facebook reste un lieu positif - John Edelson - AFP

Pour Mark Zuckerberg, Facebook doit rester un lieu d'échanges positifs, et le bouton qu'il a évoqué hier permettra d'exprimer de la sympathie... pas un rejet !

Depuis des années, les membres de Facebook réclament un bouton "Je n’aime pas". Dans une session de questions-réponses, Mark Zuckerberg, le 15 septembre 2015, a annoncé qu’il travaillait à ce type de bouton... mais qu’il sera destiné à exprimer de la sympathie ou de l'empathie, pas du rejet.

"Les gens réclame le bouton "Je n'aime pas" depuis de nombreuses années, a reconnu Mark Zuckerberg, mais nous ne voulons pas transformer Facebook en un forum où les gens votent pour ou contre les publications des gens." De fait, le jeune patron a toujours proclamé que son réseau social devait être un lieu positif.

Selon lui, les membres du réseau social veulent en revanche pouvoir exprimer de l’empathie pour une autre personne, lui dire qu'ils la comprennent. Lorsqu’un membre partage un post sur la crise des réfugiés ou le décès d’une personne de sa famille, certains peuvent avoir du mal à cliquer sur "J'aime", poursuit-il.

>> Lire la suite sur 01net.com