BFM Business

Facebook lâche un peu de lest sur les données personnelles

Facebook a dévoilé une nouvelle fonctionnalité.

Facebook a dévoilé une nouvelle fonctionnalité. - AFP

Le géant américain a annoncé mardi le lancement d’une nouvelle fonctionnalité permettant à ses utilisateurs de contrôler les données personnelles collectées hors du réseau social.

Facebook donne (un peu) plus de contrôle à ses utilisateurs. La firme de Menlo Park a dévoilé mardi une nouvelle fonctionnalité qui devrait permettre à chaque membre de décider si les données personnelles récupérées par le groupe californien hors du réseau social, auprès d’applications ou de sites internet tiers, peuvent être associées à son compte personnel. Ces nouveaux réglages de confidentialité seront disponibles dès maintenant en Irlande, en Espagne et en Corée du Sud, en attendant un déploiement mondial dans les prochains mois.

Des plateformes de vente en ligne aux sites de presse, en passant par les applications, Facebook récupère des données personnelles un peu partout grâce aux outils mis à disposition des autres entreprises pour la publicité, le décompte du trafic ou encore les recherches de produits – en comptant aussi le type d'appareil utilisé pour se connecter, sa marque ou son emplacement géographique. Cela permet au géant américain de proposer de la publicité ultra-ciblée, vendue plus chère aux entreprises et source cruciale de revenus pour le réseau social.

« Nous utilisons en général ces données pour proposer de la publicité en rapport avec les produits ou les informations recherchées. Mais il nous semblait important d'apporter plus de transparence et de contrôle à nos utilisateurs », a détaillé Stephanie Max, chef de produit en charge du développement de la fonctionnalité. Pas question pour autant de se priver de cette manne financière : si l'utilisateur le décide, « nous dissocions les données, mais nous continuons de les recevoir, elles sont en revanche anonymisées », a-t-elle précisé, évoquant des statistiques sur les interactions publicitaires.

Amende record aux Etats-Unis

Cette annonce tombe moins d’une semaine après des révélations sur les pratiques du groupe, qui a reconnu avoir transcrit les écoutes d'extraits sonores de conversations de certains usagers, après l’avoir longtemps nié. Un enjeu crucial pour Facebook : l’usage des données par l’entreprise, notamment depuis l'éclatement du scandale Cambridge Analytica en mars 2018, est aujourd’hui scruté de près par les gouvernements du monde entier. Dernier exemple en date : une amende record de 5 milliards de dollars aux Etats-Unis pour ne pas avoir su protéger ces données personnelles.

La rédaction