BFM Business

En France, Netflix s’affirme comme le numéro 1 de la SVOD

Selon une étude de NPA Conseil, Netflix domine largement le marché français de la SVOD. Le service devrait compter 900.000 abonnés en fin d’année face à Canal Play qui selon le cabinet, "fait du surplace".

Cette étude de NPA Conseil, révélée ce 26 août par l'AFP, va faire grincer des dents des professionnels français de la SVOD en général, et CanalPlay en particulier. Le marché français de la vidéo sur abonnement (SVOD) devrait atteindre 170 millions d'euros fin 2015 et presque tripler à 470 millions en 2018. Mais les deux-tiers, soit 290 millions d’euros, seront captés par Netflix.

Quant à l’audience, le nombre d'abonnés français au service américain de streaming devrait atteindre 900.000 fin 2015. Et la cadence ne va pas ralentir. En 2016, ils devraient atteindre le chiffre de 1,8 million pour être à 2,7 millions en 2018, "selon le scénario le plus haut", précise NPA qui signale que CanalPlay (groupe Canal+) comptait 600.000 abonnés fin 2014. Quant aux autres services, ils sont loin derrière: Jook (3.900 programmes), Tfou Max (2.700), Club Vidéo SFR (1.900), Video Futur (1.300), Pass M6 (1000) et Filmo TV (400).

Des résultats basés sur un "faisceau d'indices"

La précision de ces chiffres nécessitent tout de même quelques explications car Netflix ne les communique pas, et Canal+ ne les divulgue que sporadiquement. NPA Conseil a comptabilisé le nombre de requêtes avec les mots "Netflix" ou "Canalplay" sur Google France et compté le nombre d'avis sur les applications pour tablettes ou smartphones, puisque le nombre de téléchargements de ces applications est lui aussi confidentiel.

"De ce faisceau d'indices se dégage une progression nette de Netflix face à CanalPlay", a commenté le président de NPA Philippe Bailly. Ainsi le nombre de requêtes sur Google France atteint 1,22 million par mois pour Netflix actuellement mais 108.000 pour CanalPlay.

En décembre 2014, soit trois mois après l’arrivée de Netflix, NPA Conseil faisait déjà des pronostics. Dans l’un des scénarios, le cabinet envisageait qu’en cas de "riposte molle des Français", l’Américain pourrait prendre une position "hégémonique" avec un potentiel de… 2,7 millions d'abonnés en 2018. Un chiffre parfaitement identique à celui obtenu à partir des requêtes Google. Faut-il en conclure que la riposte des Français a vraiment été "molle"?

Pascal Samama avec AFP