BFM Business

"Don’t be evil": Google abandonne sa célèbre devise

Google a supprimé son slogan "Don't be evil"

Google a supprimé son slogan "Don't be evil" - JOSH EDELSON / AFP

Le géant américain a supprimé un paragraphe de son code de conduite. La devise non officielle était pourtant bien ancrée dans la culture de l'entreprise.

Inscrit dans le code de conduite de Google depuis 2001, le slogan non officiel "Don’t be evil" ("Ne soyez pas malveillants") a été discrètement supprimé par la société américaine, selon Gizmodo. L’expression était pourtant bien ancrée dans la culture de l’entreprise. Il y a un mois, le code de conduite remis à chaque salarié débutait encore de la manière suivante :

"‘Ne soyez pas malveillants’. Les Googlers appliquent généralement ces mots à la façon dont nous rendons service à nos utilisateurs. Mais ‘Ne soyez pas malveillants’ est bien plus que cela. Oui, cela veut dire donner à nos utilisateurs un accès impartial à l’information, se concentrer sur leurs besoins et leur proposer les meilleurs produits et services possibles. Mais ces mots concernent aussi le fait de faire des choses bienveillantes plus généralement – de respecter la loi, d’agir honorablement, et de traiter ses collègues avec courtoisie et respect".

"Do the right things"

Ce paragraphe a désormais disparu du code de conduite du géant américain. Seule une phrase fait référence au célèbre slogan à la fin du texte: "Et souvenez-vous… ne soyez pas malveillants, et si vous voyez quelque chose que vous pensez être mauvais – parlez-en!".

Alphabet, la maison-mère de Google, avait déjà abandonné la célèbre devise en 2015 au profit de "Do the right things" ("Faites les bonnes choses"). Mais "Don’t be evil" a toujours été gravé au coeur de la culture du groupe, au point qu’il faisait office de code WiFi dans les navettes de transport que les employés utilisaient pour rejoindre le Quartier Général de Mountain View.

Un slogan abîmé par le projet Maven

Ces derniers temps, le slogan "Don’t be evil" a été mis à mal par le projet militaire Maven. Google a en effet reconnu avoir fourni au Pentagone une intelligence artificielle de reconnaissance pour équiper les drones de l’armée américaine. Une pétition interne a recueilli plus de 3000 signatures de salariés de l’entreprise qui réclament l’arrêt de ce partenariat.

Dans une lettre adressée au PDG, Syndar Pichai, les employés de Google ont rappelé la fameuse devise de Google, assurant que cette collaboration allait "irrémédiablement salir l’image de marque de Google et son attractivité auprès des talents".

P.L