BFM Business

Facebook, Google... Quand les parents s'inspirent de la tech pour le prénom de leurs enfants

L'attribution du prénom Alexa a chuté de 33% aux Etats-Unis

L'attribution du prénom Alexa a chuté de 33% aux Etats-Unis - Sous licence Creative Commons CC0

Fin 2014, Amazon dévoilait son enceinte intelligente Echo, équipée de son assistant personnel Alexa. Depuis, le nombre de petites filles portant ce prénom a chuté de 33% aux Etats-Unis. Au contraire, d'autres parents désirent que le nom de leur progéniture fasse référence aux nouvelles technologies.

L’assistant Alexa d’Amazon s’active à la commande vocale, quand l’utilisateur prononce son nom. De la même manière que le "Dis Siri" pour Apple et le "Ok Google". Les parents ont-ils eu peur qu’en appelant leur enfant, leur enceinte croie que l’on s’adresse à elle? En tout cas, le nombre de nouveau-nés portant le prénom Alexa a chuté de 33% depuis 2015 aux Etats-Unis, rapporte le site internet Recode.

L’enceinte intelligente d’Amazon a remporté un franc succès aux Etats-Unis malgré des débuts confidentiels en 2014. Elle équipe désormais six millions de foyers américains. Elle n’est pas commercialisée en France pour le moment et n’a donc probablement pas eu d'impact sur les prénoms des nouveau-nés français. Selon l’INSEE, seules 39 petites filles ont été appelées Alexa en France en 2015. Contre près de 150 en 1971. Le désamour français pour ce prénom ne date donc pas d'aujourd’hui.

Siri, l'assistant vocal d'Apple, n'a pas eu le même effet puisque ce prénom féminin d'origine scandinave n'est pas très répandu. Après l'arrivée de cette technologie en 2011, le nombre de petites filles dénommées Siri a légèrement augmenté mais reste encore très confidentiel, rapporte Recode.

Bébé Google, Facebook… 

Les parents, avides d’originalité ou désireux de rendre un hommage, choisissent parfois de drôles de prénoms pour leur progéniture. Certains peuvent être censurés par l’officier d’état civil dans l’intérêt de l’enfant, précise le Code civil. Des parents ont par exemple été interdits d’appeler leur bébé Nutella en 2015 ou encore Titeuf en 2009.

D’autres n’hésitent pas à rendre hommage aux géants de la tech. Un couple suédois a ainsi appelé son fils Oliver Google Kai en 2005, révélait à l’époque un post de blog Google. Quelques années plus tard, en 2011, un Égyptien nomme son fils Facebook, pour célébrer le rôle joué par le réseau social pendant la révolution du 25 janvier.

Le lexique des réseaux sociaux inspire les parents 

En 2012, une publication Facebook célébrant la naissance d'une petite fille nommée Hashtag Jameson, en référence au symbole popularisé par Twitter, fait le tour des réseaux sociaux. Six ans plus tard, on ne sait pas si la justice a confirmé ou non ce prénom. 

Il existe bien d'autres exemples de prénoms piochés dans le dictionnaire des réseaux sociaux. Un couple chinois décide en 2007 de nommer leur bébé Arobase (@). La même année, une petite fille est appelée Vista, en référence au système d'exploitation de Microsoft. En 2011, des Israéliens choisissent le prénom Like (aimer) pour leur enfant. Pas facile à porter. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech