BFM Business

Dominique Cerutti, « Altran n'avait aucune raison de repousser l'offre de Capgemini »

Dominique Cerutti, p-dg d'Altran

Dominique Cerutti, p-dg d'Altran - -

Invité de l’Heure H, le p-dg du spécialiste du conseil en innovation et ingénierie avancée revient sur la fusion avec le leader mondial du conseil.

C’est pour le moment le mariage de l’année. Capgemini a annoncé un accord en vue d’acquérir Altran à travers une OPA. Le montant total de la transaction s’élèvera à 3,6 milliards d’euros, avant prise en compte de la dette financière nette d’environ 1,4 milliard d’euros. Le nouvel ensemble va générer un chiffre d'affaires annuel additionnel compris entre 200 et 350 millions d'euros pour un total de presque 17 milliards.

Invité de l’Heure H sur BFM Business, Dominique Cerutti, p-dg d’Altran le répète, ce mariage de raison va permettre de répondre à la demande des grandes entreprises notamment industrielles de travailler avec un champion global capable de les accompagner dans leur transformation digitale. « Les marchés ont salué cette opération », souligne le dirigeant.

« Rester seul n’était pas un danger »

A ceux qui avancent qu’Altran n’avait pas trop le choix (empêtré dans le rachat complexe de son ex-concurrent Aricent américano-indien racheté en 2017 pour 1,7 milliard d’euros, Altran était aussi affaibli par une vaste cyberattaque dont les effets se poursuivent encore aujourd’hui), le p-dg se veut très clair.

A la question, s’agit-il d’une planche de salut pour Altran, le responsable répond clairement non. « Nous avons démontré l’an passé notre capacité de résilience, on est le seul à augmenter nos marges, notre solidité financière est robuste et on a fini par se sortir de ce piratage massif. D’ailleurs, rester seul n’était pas un danger. On a annoncé un plan stratégique et il n’y a pas de changement de direction. Avec Capgemini, c’est la prolongation mais en plus gros. Cela aurait été un non-sens de repousser ».

Quant au montant de l’opération, là encore Dominique Cerutti rejette l’accusation d’une offre sous-évaluée. « L’offre est parfaitement bien pricée, nos actionnaires reçoivent une prime de 33% par rapport à la moyenne du cours de l’action sur 9 mois ».

Depuis l’annonce de ce mariage, l’action Altran a gagné pas moins de 20% à la Bourse de Paris. Pour le moment, les marchés sont donc sur la même ligne.

Olivier CHICHEPORTICHE