BFM Business

#DeleteFacebook devient viral après l'affaire Cambridge Analytica

-

- - justin Sullivan / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les révélations sur le traitement des données de millions d'utilisateurs a fait émerger #DeleteFacebook (Effacez Facebook) sur les réseaux sociaux. Même le co-fondateur de WhatsApp a rejoint le mouvement.

C’est l'hécatombe. Depuis les révélations du New York Times et du Guardian le samedi 17 mars sur l'affaire Cambridge Analytica, Facebook est au coeur d’un scandale sans précédent. Le géant américain est épinglé pour la mauvaise gestion des données de ses utilisateurs. Le hashtag #DeleteFacebook (#EffacezFacebook en français) a commencé à fleurir sur les réseaux sociaux quelques heures seulement après la publication des articles dans la presse américaine.

Même le co-fondateur de WhatsApp, l’application de messagerie achetée par Facebook 19 milliards de dollars il y a quatre ans, a ajouté sa pierre à l’édifice. Mardi soir, Brian Acton a tweeté “il est temps. #DeleteFacebook”. L’Américain a quitté Facebook en septembre 2017 pour fonder sa propre organisation à but non-lucratif. Mais son tweet est un affront public envoyé à Mark Zuckerberg. À l'heure où nous écrivons ces lignes, le message a été aimé par presque 10.000 internautes. 

Un cri de ralliement 

Le hashtag #DeleteFacebook rassemble sous une même bannière tous les défenseurs des données personnelles. Selon NBC, le sujet était en tendance Twitter mardi matin aux États-Unis. Le musicien Mark Hoppus a rejoint le mouvement. Son tweet a été aimé par quelque 6600 internautes.

Les twittos ont partagé les raisons qui ont motivé leur décision de quitter le réseau social. "Parce que Facebook va trop loin et que c'est maintenant le moment #deletefacebook", "si vous êtes en colère à propos de ce que Facebook a fait avec nos données, alors juste #deletefacebook", écrivent-ils.

Le magazine hebdomadaire américain Bloomberg Businessweek consacre la Une de son prochain numéro au géant américain, à paraître le 26 mars. Il imagine que des milliers d'internautes suppriment leur compte et titre "Facebook's Nightmare", le cauchemar de Facebook.

Sur le forum Reddit, un internaute a ironisé: "le cri de ralliement à supprimer Facebook est maintenant un hashtag en tendance sur Twitter, un autre site de médias sociaux qui recueille des données de ses utilisateurs".

Reste à savoir si #DeleteFacebook aura le même effet que #DeleteUber qui avait conduit 200.000 personnes à supprimer leur compte.

Pauline Dumonteil