BFM Business

Deezer de moins en moins dépendant d'Orange

Orange payait Deezer même quand le service n'était pas utilisé

Orange payait Deezer même quand le service n'était pas utilisé - BFM Business

L'opérateur télécoms, qui apportait la moitié du chiffre d'affaires en 2012, n'en représente plus qu'un quart aujourd'hui.

Deezer peut dire merci à Orange. Le site de streaming musical, à l'occasion de son introduction en bourse, a publié pour la première fois ses comptes. A cette occasion, il dévoile pour la première fois ses relations avec l'ex-France Télécom.

L'on apprend ainsi que l'opérateur télécoms a un poids déterminant sur la start up. Il lui apporte 24% de son chiffre d'affaires total, et près de la moitié de son chiffre d'affaires en France.

Cette dépendance était encore plus forte quand Deezer s'était peu développé à l'étranger: en 2012, Orange représentait 56% du chiffre d'affaires total.

Deezer touche le jackpot

Il faut dire que le site avait conclu en août 2010 un contrat extrêmement généreux avec Orange. Cet accord prévoyait que le service soit proposé d'office dans une large partie des offres fixes et mobiles de l'opérateur. Ce fut le jackpot: en avril 2011, un million de clients avaient été conquis grâce à cet accord.

Mieux: l'accord prévoyait que Deezer était rémunéré que le service soit effectivement utilisé ou pas. Or, selon des sources industrielles, seulement 20% des abonnés l'activaient en pratique...

Lente désintoxication

Depuis, Deezer tente progressivement de se désintoxiquer d'Orange. D'abord, le nouveau contrat signé en 2012 ne rémunère plus Deezer que pour les abonnés qui l'utilisent effectivement.

Ensuite, Orange a inclus Deezer dans de moins en moins de forfaits, pour finir par ne plus l'inclure du tout depuis fin 2014. Désormais, le service est seulement proposé comme une option payante. "L'idée est de construire une base d'abonnés payant 10 euros par mois", a expliqué mardi 22 septembre le directeur des opérations Simon Baldeyrou.

Enfin, les accords avec Orange ont encore été renégociés mi-2014. Ces derniers accords prévoient une baisse "substantielle" du chiffre d'affaires minimal garanti par Orange, et même la disparition de tout minima garanti après mi-2016. A la même date, la clause d'exclusivité prendra fin: Deezer pourra aller voir d'autres opérateurs, et Orange pourra proposer d'autres services musicaux.

Deux tiers d'inactifs

A noter que Deezer a développé des accords avec d'autres opérateurs télécoms, comme Vodafone, Deutsche Telekom... Pareillement, le service est soit inclus d'office dans un forfait, soit proposé comme une option payante supplémentaire. Au total, Deezer compte ainsi 4,8 millions d'abonnés via des forfaits, mais les deux tiers sont inactifs. "Mais cela ne change pas grand chose en termes de rémunération pour Deezer. Car, lorsque Deezer est rémunéré à la fois pour les abonnés actifs et inactifs, ce n'est pas le même prix que pour une rémunération pour les seuls actifs", a expliqué Simon Baldeyrou.

Jolie plus-value pour Orange

Orange n'est pas seulement le principal actionnaire de Deezer, c'est aussi son second actionnaire. Il détient (après dilution) 10,7% du capital, qui valent aujourd'hui près d'une centaine de millions d'euros.

L'opérateur téléphonique est rentré au capital en 2010. A l'époque, ces actions étaient valorisées seulement 5,6 millions d'euros. 

Mieux: Orange n'a rien payé pour ces actions, mais a seulement apporté des actifs, en l'occurrence son propre service de musique en ligne Wormee, qui était un échec commercial.

Part du chiffre d'affaires réalisé avec Orange

Chiffre d'affaires total
2012: 56%
2013: 38%
2014: 28%
1er semestre 2015: 24%

Chiffre d'affaires français*
2012: 63%
2013: 58%
2014: 54%
1er semestre 2015: 51%

Sources: Deezer, BFM Business
*en estimant que la totalité du chiffre d'affaires avec Orange est réalisé en France

Jamal Henni