BFM Business

Coronavirus: pourquoi Samsung va profiter des déboires d'Apple en Chine

Apple

Apple - Emmanuel DUNAND/AFP

Apple a prévenu qu'il ne tiendrait pas ses objectifs trimestriels à cause de l'épidémie. Son concurrent qui ne produit plus en Chine se frotte les mains.

Stupeur sur les marchés, Apple a prévenu qu'il ne tiendrait pas ses objectifs trimestriels suite à l'épidémie de coronavirus qui sévit en Chine. C'est seulement la deuxième fois que la firme émet un avertissement de la sorte pour ses iPhone. 

L'avertissement porte aussi bien sur la production (les usines de Foxconn sont au ralenti depuis plusieurs semaines) que sur la demande pour ses smartphones en Chine qui représente une part importante de son chiffre d'affaires.

La pomme ne donne pas de révision chiffrée de ses objectifs mais une chose est sûre, son éternel concurrent, le sud-coréen Samsung va profiter de la situation.

Car le numéro un mondial des smartphones ne possède plus d'usines en Chine depuis octobre dernier, réorientant la moitié de sa production de ses modèles haut de gamme au Vietnam. Pourquoi ce choix? Samsung a d'abord peu de succès en Chine avec une part de marché inférieure à 1% (contre 15% il y a 5 ans), largement distancé par le local Huawei et Apple (également en fort repli avec une part de 11,5% contre 12,9% il y a un an, selon IDC).

Choix purement économique

Ensuite, comme beaucoup d'industriels, le conglomérat a constaté l'inflation des salaires en Chine et donc la baisse de compétitivité du pays. Il a donc choisi un pays où les salaires sont encore très bas. Un choix purement économique donc, mais qui tombe à point nommé dans cette crise. La production de smartphones du sud-coréen n'est donc pas affectée par la crise.

Le numéro 3 mondial, Huawei, n'a pas encore commenté les conséquences de l'épidémie sur sa production. Mais comme Apple, il produit la totalité de ses smartphones en Chine. La croissance folle de la firme pourrait donc être touchée, d'autant plus que Huawei doit gérer l'absence des services Google de ses terminaux suite au boycott de l'administration américaine.

Autant dire que les ventes et les parts de marché du premier trimestre seront scrutées avec attention avec un Samsung qui n'aura aucune difficulté à produire ses nouveaux Galaxy S20 et un nouvel iPhone (le prochain modèle serait dévoilé en mars) lesté par les difficultés de la pomme en Chine.

Pour autant, il ne faudrait pas que cette épidémie perdure, même pour Samsung. Car même en produisant hors de Chine, Samsung a besoin de composants produits en Chine, un peu comme l'industrie automobile ou pharmaceutique. Ensuite, rien ne dit que l'épidémie ne passe pas la frontière et s'installe au Vietnam...

Olivier Chicheportiche