BFM Business

Confinement: dans quels pays la consommation d'Internet a-t-elle le plus explosé?

-

- - DR

Avec plusieurs milliards de personnes confinés pour cause de coronavirus, l'utilisation du Web a logiquement bondi au niveau mondial. Revue de détails grâce aux chiffres de Cisco.

Internet tient le choc. Etant donné la situation actuelle, on pouvait légitimement se poser des questions, le réseau des réseaux allait-t-il tenir la charge face à la flambée du trafic générée par le confinement généralisé des populations dans de nombreux pays de la planète.

Les chiffres sont impressionnants. Le géant américain Cisco, spécialiste des réseaux télécoms, a compilé les progressions de trafic dans plusieurs pays de la planète entre l'entrée en vigueur de leurs mesures de confinement et le 27 mars dernier*.

"La hausse est significative et au final, on se retrouve aujourd'hui à des niveaux de trafic que l'on attendait dans deux ans", explique à BFM Business, Rémi Durand-Gasselin Managing Director chez Cisco. "Mais l'industrie était prête", souligne l'expert.

Anticipation

Les opérateurs télécoms ne cessent en effet d'anticiper la demande et les réseaux avaient été dimensionnés pour justement s'adapter à cette hausse incrémentale du trafic portée par l'explosion régulière de l'usage du streaming vidéo (Netflix et consorts). "Les pics de trafic qu'on observe régulièrement depuis des années permettent aux opérateurs de redimensionner régulièrement leurs réseaux, des les optimiser, de les rendre résilients". Le pic actuel est juste venu plus rapidement que prévu à cause de cette situation sanitaire.

Par ailleurs, la concurrence acharnée à laquelle se livrent les opérateurs dans leurs marchés respectifs a des effets bénéfiques sur la qualité de service. "Les énormes investissements dans la fibre optique permettent d'obtenir une qualité excellente du réseau. Plus il y a de la compétition dans un pays, plus il y a de la qualité", ajoute Rémi Durand-Gasselin.

On note néanmoins de fortes disparités dans ces progressions en fonction des pays. "Il y a plusieurs raisons à cela. Il faut prendre en compte la topologie des réseaux, la date d'entrée dans le confinement". On peut donc penser que le chiffre concernant les Etats-Unis (+17%) a vocation à progresser fortement alors que celui de l'Italie (+33%) pourrait représenter un pic. Chez nos voisins transalpins, Telecom Italia, l'opérateur historique du pays, observe d'ailleurs un bond de 70% sur son réseau fixe !

La généralisation du télétravail, un nouveau facteur à prendre en compte

Et pour la suite? Cette crise pourrait à terme généraliser l'utilisation du télétravail, une évolution qui n'avait pas été prévue par les opérateurs. Entre cet usage et l'augmentation constante du streaming, la pression sur les réseaux va s'accentuer.

"On est dans un nouveau nominal", juge l'expert. "La base d'aujourd'hui va devenir la normalité, il faudra en évaluer l'impact". Les géants du streaming comme Netflix et YouTube ont pour le moment réduit la qualité de leurs flux pour moins encombrer les réseaux. Mais ces derniers doivent continuer à s'adapter.

"La technologie d'accès comme la fibre n'est qu'une partie de la problématique, il y a d'autres enjeux. Il faudra encore améliorer la distribution des contenus aux utilisateurs" à travers des technologies de cache et de stockage "au plus proche de l'abonné". "L'idée est de faire grossir cette couche d'accès et de l'adapter en fonction de la consommation". Et les opérateurs y travaillent déjà.

*: ces chiffres de trafic sont ceux observés au niveau des points de peering, à savoir les points d’interconnections entre les différents opérateurs d'un pays.

Olivier Chicheportiche