BFM Business

Comment Twitter nous rend accros

En dérogeant au principe de publication par ordre chronologique, Twitter prend le risque de déstabiliser les utilisateurs de la première heure.

En dérogeant au principe de publication par ordre chronologique, Twitter prend le risque de déstabiliser les utilisateurs de la première heure. - 01net

Récapitulatif des anciens messages sous forme de "best of", recommandation de comptes à suivre, traduction automatique des tweets…. Le site de microblogging multiplie les services pour doper son audience. Au risque de se dénaturer.

Tous les utilisateurs de Twitter en ont fait l’expérience. Il est impossible de lire l’ensemble des tweets qui nous arrivent pour peu que l’on suive un nombre conséquent de comptes. Ce qui peut générer de la frustration avec le risque de manquer des messages importants.

Le site de microblogging teste donc actuellement une fonction baptisée "Pendant que vous étiez partis…". Soit un résumé de ce qui s’est passé en votre absence en mettant en avant un florilège des "meilleurs" tweets. "Plus vous passez de temps sur le réseau social et moins vous verrez ce récapitulatif", précise Paul Rosania, chef produit, sur le blog de Twitter.

Logique. Sauf que ce nouveau service déroge au principe de publication par ordre chronologique qui a fait la force de Twitter, média "chaud" par excellence. Ce reniement de la nature même de la plateforme pourrait déstabiliser les utilisateurs de la première heure.

Par ailleurs, comment l’algorithme de Twitter va sélectionner les "meilleurs" tweets ? Paul Rosania indique que le choix s’opérera en fonction du niveau d’engagement des membres - les utilisateurs les plus assidus seront mis en avant - et "d’autres critères" tenus secrets. Au risque pour Twitter de se banaliser et que sa "timeline" - le fil où l’abonné lit les messages des personnes qu'il suit - ne ressemble à celle de Facebook.

Particulièrement complexe et opaque, l’algorithme de Facebook opère le tri dans les messages de nos amis en tenant notamment compte de la fraîcheur du texte, du nombre de "J’aime" ou du degré d’affinité entre les membres.

Quand Twitter joue au rédacteur en chef

On comprend la logique de Twitter. En procédant à son tour à une hiérarchisation de l’information, le groupe américain veut doper son audience. Le réseau social a beau affiché une croissance à trois chiffres, il déçoit les analystes. Au troisième trimestre 2014, le nombre d'utilisateurs n’a augmenté que de 13 millions pour atteindre 284 millions fin septembre, après un gain de 16 millions sur les trois mois précédents. Le nombre de consultations de la timeline affiche, lui aussi, un léger ralentissement avec une hausse de 14% sur un an à 181 milliards contre +15% au deuxième trimestre.

Cette fonction de "best of" apparaîtra dans un premier temps sur les terminaux sour iOS (Apple) avant d’être déployée sur les appareils Android. Mais ce n’est pas la première fois que Twitter bouscule la logique de sa timeline. Il a déjà agrandi les tweets les plus populaires pour les faire gagner en visibilité et les vidéos ont fait leur apparition. Twitter a aussi annoncé qu’il intégrerait bientôt dans nos fils des tweets de comptes que vous ne suivez pas. Des mini-messages que Twitter jugera pertinents en fonction de nos centres d’intérêts et de notre activité. Twitter entend aussi placer de la publicité dans le fil de nos conversations. Des boutons "télécharger" et "acheter" ont ainsi fait leur apparition aux Etats-Unis.

Prendre en main les futurs twittos

Afin d’aider ses nouveaux membres à rentrer plus rapidement dans le bain, Twitter teste la possibilité de leur envoyer une liste automatique de comptes à suivre. Le média social a, en effet, observé que beaucoup d’entre eux étaient restés au stade du premier gazouillis, reconnaissables à leur profil en forme d’œuf, désarçonnés par les codes et le vocabulaire des twittos. Dans le même esprit, Twitter envisagerait de contextualiser ses contenus afin de recommander des lieux ou des contacts en fonction de sa localisation du moment.

Enfin, dernière nouveauté en date, Twitter assure la traduction automatique des tweets dans plus de quarante de paires de langues en s’appuyant sur la technologie Bing de Microsoft. Il suffit pour cela de cliquer sur l’icône ressemblant à un globe en haut à droite du tweet rédigé dans une langue qu'on ne maîtrise pas pour le traduire en français. Un moyen de plus pour augmenter le trafic.

Xavier Biseul