BFM Business

Comment Tinder inspire la recherche d'emploi sur smartphone

Lancée en avril 2015, l'application JobToday aurait séduit plus 20.000 employeurs et traité plus de 2 millions de candidatures.

Lancée en avril 2015, l'application JobToday aurait séduit plus 20.000 employeurs et traité plus de 2 millions de candidatures. - JobToday

Plusieurs start-up simplifient le recrutement en ligne depuis un smartphone, s'inspirant de l'application Tinder pour les rencontres. Basée au Luxembourg, Job Today a levé 9 millions d'euros pour se développer en Europe.

Pour fluidifier le marché du travail, pourquoi ne pas s'inspirer de l'ergonomie très étudiée des applications mobiles de rencontres? Proposer une mise en relation quasi-instantanée entre demandeurs d'emploi et employeurs, c'est l'approche de Job Today.

Basée au Luxembourg, la start-up a conçu une application fonctionnant sur le principe du "swipe" popularisé par Tinder. Le candidat balaie horizontalement sur l'écran de son smartphone les différentes offres d'emploi postées par des employeurs et postule d'un clic. Une sorte de place de marché de l'emploi sur smartphone, la société garantissant à ses membres une réponse dans les 24 heures! 

Après des débuts en Espagne, au printemps 2015, cette jeune société a levé il y a quelques jours près de 10 millions de dollars (9 millions d'euros) auprès d'Accel Partners (l'un des fonds investisseurs de Spotify), de Felix Capital et de Mangrove Capital Partners. Ces apports vont l'aider à financer l'extension en Europe de son service.

Job Today aurait séduit 20.000 employeurs

Grâce à Job Today, 10.000 postes auraient été pourvus en 8 mois depuis son lancement, traitant plus de 200.000 candidatures. Plus de 20.000 employeurs se seraient inscrits. 

L'idée de cette application est venue à la cofondatrice de cette start-up, Polina Montano, dans son emploi précédent. Auparavant responsable d'une chaîne de stations-service, elle était confrontée à la gageure quotidienne de recruter rapidement des employés, pour remplacer au pied levé des salariés tombés malades. 

L'approche développée pour Job Today intéresse aujourd'hui les secteurs du commerce, de l'hôtellerie et de la restauration, en recherche rapide d'employés pour des besoins ponctuels ou des remplacements. Pour recruter ces profils, les sites Internet comme LinkedIn ou Viadeo s'avèrent inutiles, leur cible étant les cadres en place ou les jeunes diplômés bac + 5.

Leboncoin.fr a mené la levée de fonds de Kudoz

L'aspect potentiellement disruptif des applis mobiles n'a pas échappé à l'actionnaire du boncoin.fr, qui accueille nombre d'offres d'emplois sur son site. Le groupe norvégien Schibstedt a mené la levée de fonds de 1,2 million d'euros de la start-up française Kudoz, à l'automne 2015. Son application mobile permet aussi de "swiper" en faisant défiler les propositions sur le smartphone mais elle demande aux candidats d’indiquer leur profil LinkedIn afin que celui-ci soit décrypté et analysé par son algorithme.

Les offres d'emploi poussées vers le candidat sont ciblées en fonction de son profil professionnel, et il n'a plus qu'à "swiper" pour montrer son intérêt et postuler en un clic. Le savoir-faire de Kudoz réside dans son algorithme d’apprentissage qui se nourrit de la navigation effectuée par le demandeur d'emploi et adapte ses suggestions en fonction de celle-ci. 

L'essor de ces applis mobiles illustre la vitesse à laquelle les innovations se mettent en place pour améliorer l'efficacité et la fluidité du marché de l'emploi, contraignant Pôle Emploi à accélérer sa mutation numérique.

Frédéric Bergé