BFM Business

Comment le modèle YouTube s'impose face aux offres payantes

YouTube est tellement proche des internautes qu'ils n'hésitent pas à faire des selfies avec ses publicités.

YouTube est tellement proche des internautes qu'ils n'hésitent pas à faire des selfies avec ses publicités. - Florian David - AFP

Que consomment les Français sur Internet ? Des vidéos, de la musique, des jeux, des livres, à un détail près: il faut qu’ils soient gratuits. Selon une étude de la Hadopi, cette préférence profite aux plateformes américaines Google/YouTube, Apple et Amazon.

Entre gratuit et payant, le cœur des Français ne balance pas. Selon l’étude Hadopi/Opinion Way sur la consommation digitale des internautes français, le constat est clair: les Français privilégient les services gratuits, légaux ou non et cette préférence profite principalement à YouTube.

Pour cette enquête, 12.256 internautes âgés de 15 ans et plus ont été interrogés. Et, comme le précise la haute autorité, il ne s’agit pas de "simples" internautes, mais de véritables consommateurs de contenus en ligne. 

Que ce soit dans la musique ou la vidéo, le service californien s’impose face aux offres payantes des ténors nationaux que sont Canal+ ou Deezer, seconds chacun dans leur domaine.

En musique, un internaute sur deux l’utilise quand Deezer n’arrive à séduire que 18% des Français. Quant à Spotify, leader du streaming musical, il ne dépasse pas 5%. Ce succès s’explique par deux raisons. D’une part, les consommateurs aiment les clips et pas seulement l’audio. D’autre part, de nombreux services permettent toujours de télécharger des films et séries piratés, des contenus toujours accessibles malgré les actions du groupe californien. Et bien qu’illégal, cet usage continue de s’affirmer.

-
- © Hadopi

La vidéo ne fait pas exception, bien au contraire. Selon la Hadopi, le succès de YouTube repose sur des raisons similaires. Le streaming gratuit et sans abonnement du service de Google s’impose loin devant les services payants comme celui de Canal+.

-
- © Hadopi

Les livres/BD et les jeux vidéo sont les seuls domaines où la filiale de Google n’est pas dominante. Dans le premier secteur, c’est Amazon qui mène la danse avec… iTunes, le service d’Apple. Rappelons qu’en plus de proposer des contenus, les deux groupes vendent les périphériques pour les consommer (Kindle, iPhone, iPad…).

-
- © Hadopi

Quant aux jeux mobiles (l’étude ne porte ni sur les jeux PC, ni sur les consoles), les Français restent une fois de plus très discrets. Ce marché est dominé par Apple et Google, qui arrivent à ces scores pour une raison très simple: ils dominent à la fois le marché des OS avec iOS et Android et celui des magasins d’applications.

En fait, les séries sont les seuls contenus observés par la Hadopi dans lesquels les Français sont dynamiques. C’est même un exploit puisque, face à eux, les rois du gratuit sont des services illégaux. Dans le streaming, DPStream est en tête devant FranceTV Pluzz et MyTF1. Et, dans les téléchargements, les trois sites les plus visités sont Zone Téléchargement, Cpasbien et T411.

-
- © Hadopi

Pour la Hadopi, la progression du légal est principalement due à la télé de rattrapage (replay) et à la VOD. Mais pour les téléchargements, le constat est sans appel: seuls les sites pirates fonctionnent vraiment, et peuvent devenir le principal concurrent des plateformes américaines sans épargner les Français.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco