BFM Business

Comment la France participe aux missions spatiales sur Mars

Les Emirats arabes unis, la Chine et les Etats-Unis ont lancé, ou vont envoyer, des sondes sur la planète rouge pendant le mois de juillet. Des mission où la France est présente, comme l'explique sur BFM Business, Jean-Yves Le Gall, président du CNES.

Durant tout le mois de juillet, la planète Mars est au plus près de la terre. D'où l'empressement de tous les pays engagés dans la conquête de la planète rouge à faire partir leurs sondes. Pas moins de trois missions sont programmées pour ce voyage qui durera au mieux sept mois.

Et la France est présente dans ces trois missions, comme l'explique Jean-Yves Le Gall, président du CNES (Centre national d'études spatiales) sur BFM Business.

"Les Emirats arables unis ont une politique spatiale extrêmement ambitieuse depuis quelques années, d'ailleurs la France a été la première puissance spatiale à signer un accord avec l'agence spatiale des émirats en 2015. (...) Ils ont développé cette sonde (pour Mars, NDLR) qui est d'une excellente qualité scientifique d'ailleurs les scientifiques français participent à la mission et il y a eu ce lancement parfait dimanche dernier".

La Chine, de son côté, ambitionne de faire atterrir 'lander' sur Mars via une sonde placée sur orbite, un exploit que seuls les Américains ont réussi à réaliser. "Si la Chine y arrive, politiquement ce sera très fort", pense Jean-Yves Le Gall qui précise que "nos scientifiques travaillent avec les Chinois".

Supercam

Mais la plus grande participation française sera celle liée à la mission américaine "Mars 2020" composé d'une sonde et d'un rover qui décollent jeudi prochain (le 30 juillet). "Sur le rover Perseverance, l'expérience reine, c'est Supercam développé par le Cnes et les scientifiques français" où il s'agira de collecter des échantillons géologiques de Mars et de les analyser.

"Perseverance, c'est la taille d'une Twingo donc c'est un gros rover avec six roues, c'est un véhicule sur lequel il y a une mini centrale nucléaire pour avoir de l'énergie, la mission est à 2,5 milliards de dollars", explique le responsable.

Mission de la France? "Analyser le sol de Mars" précise Yves Le Gall qui ajoute "Perseverance va faire des carottes dans le sol de Mars et va laisser des échantillons un peu derrière lui. Et ensuite dans quelques années, il y aura une mission avec la Nasa et l'Esa, l'agence spatiale européenne où nous enverrons un autre véhicule sur Mars qui ramassera ces carottes et les renverra sur Terre".

Olivier Chicheportiche