BFM Business

Comment la Chine permet à Apple de mettre un pied chez Uber

Selon Bloomberg, Didi Chuxin, dans lequel Apple a investi, injectera 1 milliard de dollars dans Uber, valorisant le groupe californien à 68 milliards de dollars.

Selon Bloomberg, Didi Chuxin, dans lequel Apple a investi, injectera 1 milliard de dollars dans Uber, valorisant le groupe californien à 68 milliards de dollars. - Ted S. Warren-Pool AFP

Le chinois Didi Chuxing, dans lequel Apple a investi en mai 2016 est devenu actionnaire minoritaire d'Uber, mettant fin à la guerre à laquelle les deux géants du VTC se livraient en Chine. La firme à la pomme se retrouve ainsi au capital de ces deux leaders mondiaux.

Uber a reconnu sa défaite en Chine. Le champion américain des VTC cède sa filiale locale à son grand rival chinois, Didi Chuxing qu'il a affronté en subventionnant largement les trajets des usagers pour élargir sa clientèle. Une stratégie efficace mais coûteuse: le patron d'Uber, Travis Kalanick, avait reconnu en février 2016 que son entreprise perdait "plus d'un milliard de dollars" par an en Chine.

En échange de la vente de ses actifs en Chine, la start-up américaine reçoit une participation de 5,89% dans la nouvelle entité fusionnée (issue du rapprochement de son ex-filiale en Chine avec son rival) lui donnant l'équivalent de 17,7% dans la maison mère Didi Chuxing. Cette dernière obtient en retour une participation (au pourcentage non précisé) minoritaire dans Uber. Selon l'agence financière Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, Didi injectera 1 milliard de dollars dans Uber, valorisant le groupe californien à 68 milliards de dollars.

Une véritable aubaine pour Apple

Mais peu importe son montant, cet investissement de l'entreprise chinoise dans Uber, profitera aussi... à Apple qui avait investi, en mai 2016, 1 milliard de dollars dans Didi Chuxing. Il s'agissait alors du plus important investissement individuel (émanant d'une seule firme) reçu jusqu'à présent par la firme chinoise, faisant du groupe californien l'un de ses investisseurs "stratégiques". Cet investissement massif avait aussi ouvert à Apple la porte du prometteur marché chinois des technologies automobiles intégrées.

Présent parmi la liste des investisseurs d'Uber, Apple se trouve, de fait, présent au capital des deux plus importantes sociétés mondiales de VTC, au moment où le créateur de l'iPhone planche discrètement sur un ambitieux projet de voiture autonome.

De son côté, Uber, en stoppant l'hémorragie de ses pertes colossales en Chine, peut espérer rassurer ses investisseurs dans la perspective de son éventuelle introduction en bourse, alors que sa valorisation potentielle a atteint la somme faramineuse de 62,5 milliards de dollars. Il fait aussi le pari que sa participation dans Didi Chuxin connaisse le même destin que celle de Yahoo! dans Alibaba, qui en 2005 avait misé sur la société de Jack Ma devenue entre temps le numéro 1 chinois de l'e-commerce.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco