BFM Business

Comment Amazon accentue son offensive contre les hypermarchés

C'est à Seattle, la ville natale d'Amazon que Jeff Bezos a décidé de lancer son nouveau service de livraison en une heure.

C'est à Seattle, la ville natale d'Amazon que Jeff Bezos a décidé de lancer son nouveau service de livraison en une heure. - David Ryder - Getty Images North America/AFP

Pour lutter contre les géants du ecommerce, la grande distribution s'est lancée sur Internet. Amazon riposte avec un service de livraison en une heure.

Au retour des vacances, l’une des corvées les plus détestée des ménages est d’aller faire les courses. Déambuler dans les rayons des supermarchés est un supplice. Certes, il y a les services Internet et les Drive qui permettent d’éviter les rayons et de faire la queue aux caisses. Mais il faut caler un rendez-vous pour réceptionner sa commande ou bien prendre sa voiture pour se rendre dans un entrepôt afin de récupérer ses achats. Avec son nouveau service, Amazon va faire des heureux.

Il propose aux membres d’Amazon Premium, qui paient un abonnement annuel de 99 dollars, de passer commande en ligne et d’attendre tranquillement chez eux une petite heure avant d’être livrés.

L'usage de drones n'est pas évoqué, mais Premium Now, c’est le nom du service, est accessible 7 jours sur 7 de 8 heures du matin à minuit. Par contre, il faudra payer environ 8 dollars pour être livré. Mais si le client peut patienter deux heures avant de recevoir ses provisions, la livraison est gratuite.

Un rayon de spiritueux pour inaugurer le service de livraison

Ce service démarre à Seattle, ainsi qu’à Bellevue, Redmond et Kirkland. Et ce choix n’est pas un hasard. Seattle est la ville où est née Amazon et sa cote de popularité y est importante. Pour le reste des Etats-Unis, le groupe a indiqué que les membres du réseau Amazon Premium seront informés du déploiement par un message transmis via l’appli mobile.

Pour fêter l’événement, et pour inciter à passer commande, Amazon a décidé d’ouvrir, toujours à Seattle, son premier rayon d’alcools, une précision apportée par Fortune. En cas d’apéro improvisé, il ne faudra pas attendre longtemps pour recevoir vin, bière, mais aussi whisky, rhum ou vodka. Et pour ces produits, ce n’est pas les hypers qui ont le plus à craindre, mais plutôt les épiceries de quartiers ouvertes tard le soir qui risquent de perdre quelques clients.

Pascal Samama