BFM Business

Ces communes qui n'ont toujours pas accès au mobile en France en 2018

-

- - CAFNR / Flickr

CARTE - Ce lundi, le Gouvernement a conclu un accord de 3 milliards d'euros avec les opérateurs pour mettre fin aux zones blanches. Des dizaines de communes sont encore privées du réseau mobile en 2018. Notre carte interactive fait le point sur les dernières installations d'émetteurs.

En 2018 en France, plusieurs dizaines de villages ne peuvent toujours pas envoyer de texto ou passer de coup de fil avec leur mobile. Et pour cause, une quinzaine de village se trouvent encore à plus de 10 kilomètres de l’antenne-relais la plus proche, l'équivalent de la distance ouest-est de la capitale. Dans la Nièvre, la commune de Chalaux détient le record: elle est séparée de plus 15 kilomètres de tout émetteur.

Les antennes les plus hautes ont une portée maximale de 15 kilomètres à la campagne. Plus on s’éloigne du centre de l’émission, moins les portables captent. A une telle distance, les ondes éprouvent des difficultés à passer les murs. Pour les habitants des zones blanches, passer des coups de fil ou envoyer des SMS relève ainsi de l’exploit à l’intérieur d’un bâtiment.

Une situation qui s’améliore

Le gouvernement veut mettre fin à ces "zones blanches". Il a conclu ce lundi un accord avec les quatre opérateur de téléphonie mobile en France. Orange, SFR, Free et Bouygues vont investir au moins 3 milliards d'euros d'ici 5 ans pour déployer 5000 antennes chacun. En contrepartie, l'État renouvellera les fréquences 2G et 3G des opérateurs sans les mettre aux enchères.

En mai dernier, le Gouvernement avait déjà listé 541 centre-bourgs prioritaires pour l’installation d’antennes mobiles, conformément à la loi Macron. Depuis, 180 émetteurs ont été installé dans ces zones blanches. 

La carte ci-dessous fait le point sur l’installation de ces antennes-relais par les opérateurs. Les maisons représentent les villages classés "zones blanches" depuis le début du programme. L'icône de réseau symbolise l’émetteur le plus proche. Cliquez dessus pour connaître son opérateur et sa date de mise en service.

Source: ANFR et ARCEP

Emeline Gaube