BFM Business

CES 2013: les voitures sans chauffeur passent la vitesse supérieure

A l'instar de Google, qui teste depuis quelques temps une voiture sans conducteur, Toyota et Audi vont présenter leurs propres prototypes lors du CES 2013.

A l'instar de Google, qui teste depuis quelques temps une voiture sans conducteur, Toyota et Audi vont présenter leurs propres prototypes lors du CES 2013. - -

Des prototypes de voitures sans chauffeur, conçus par Audi ou Toyota, vont être présentés lors du Consumer Electronic Show 2013, qui débute ce lundi 7 janvier.

C'est LA grand-messe annuelle de la hi tech. Le Consumer Electronic Show (CES) commence ce lundi 7 janvier à Las Vegas. Comme chaque année, cela devrait être une avalanche de télés, tablettes et gadgets futuristes en tous genres. Mais aussi... des voitures.

On a souvent parlé des voitures sans conducteur que Google teste depuis des années. Eh bien Toyota ou encore Audi vont présenter leurs premières inovations en la matière.

Regarder le dernier épisode de sa série préférée au volant, faire une petite sieste pendant que votre voiture vous ramène du travail... C'est peut-être pour bientôt. Après les premiers prototypes issus des cerveaux torturés des ingénieurs de Google, la voiture sans conducteur pourrait bientôt entrer dans une phase industrielle.

L'ordinateur plus fiable que l'être humain

Toyota va présenter pour la première fois une Lexus qui se pilote automatiquement. Elle est équipée de capteurs en tous genres capables de détecter la ligne blanche au sol, de reconnaitre les panneaux routiers et bien sûr de gérer les voitures en sens inverse.

Selon la presse américaine, Audi devrait dévoiler un système qui permet à un véhicule de trouver tout seul une place de parking avant de s'y garer.

Les constructeurs le sentent, il y a un marché pour ces voitures sans pilote. Une récente étude du cabinet KPMG prévoit une adoption massive de cette technologie, qui permettrait notamment de limiter les accidents.

C'est difficile à admettre, mais l'ordinateur est plus fiable qu'un chauffeur. Sur des centaines de milliers de kilomètres de tests, le seul accident recensé à ce jour par les voitures Google a été causé... par un être humain.

Anthony Morel