BFM Business

Carton plein pour Amazon pendant les fêtes grâce aux livraisons rapides

Le géant américain bat toutes les prévisions au 4e trimestre avec des revenus qui bondissent de 21% et des bénéfices nets en hausse de 10%. De quoi ravir Wall Street.

Amazon a réussi son pari. Le groupe de Jeff Bezos a récolté au 4e trimestre les fruits de sa stratégie axée autour de la livraison en 24 heures (service payant Prime) après de lourds investissements logistiques durant l'année 2019 (800 millions de dollars entre avril et juin, essentiellement des centres de stockage près des grandes villes), dépenses qui avaient pesé sur ses bénéfices.

L'année dernière, Amazon avait en effet promis de livrer encore plus vite les membres de son offre Prime, qui comprend la livraison gratuite et dès le lendemain sur nombre de produits vendus par le géant de la distribution en ligne, ou encore son offre de vidéos en streaming, pour 119 dollars par an aux Etats-Unis.

Résultat, "nous n'avons jamais vu autant de gens s'abonner en un trimestre et nous avons maintenant 150 millions de membres Prime payants dans le monde", s'est félicité Jeff Bezos, le PDG, dans un communiqué. C'est 50 millions de plus qu'il y a un an.

150 millions de clients Prime

Du coup, entre octobre et décembre, le chiffre d'affaires d'Amazon est ressorti à 87,44 milliards de dollars, soit une progression de 21% par rapport à la même période de 2018, selon un communiqué du groupe.

Le bénéfice par action a largement surpassé les attentes à 6,47 dollars contre 4,04 attendus, selon Factset. Le bénéfice net a progressé de 10% à 3,3 milliards de dollars. 

Ces performances sont supérieures aux attentes de Wall Street. De quoi permettre au cours d’Amazon, sur le marché de gré à gré après la clôture du Nasdaq jeudi soir, de s'envoler de 11%. Si cette flambée se confirme en séance ce vendredi, Amazon devrait afficher une capitalisation boursière de plus de 1000 milliards de dollars. Et Jeff Bezos, déjà l'homme le plus riche du monde, le sera encore plus. Il possède environ 12% des actions de l'entreprise lancée dans un garage au milieu des années 90.

Autre motif de satisfaction, les très bons résultats d'AWS, la filiale qui couvre les activités cloud d'Amazon. Son chiffre d'affaires progresse de 34% à la fin de l'année à quelque 10 milliards de dollars. 

Cloud: Microsoft en embuscade

C'est une forte progression, mais moins spectaculaire qu'au trimestre précédent (+45%) et surtout moins forte que celle de la division Azure de Microsoft, son rival sur ce secteur d'activité très lucratif (AWS a représenté 67% du bénéfice d'exploitation, selon Patrick Moorhead, analyste de Moore Insight & Strategy).

Pour autant, "l'augmentation des bénéfices durant ce trimestre en dépit de coûts plus élevés et d'une pression de la concurrence sur AWS a été la vraie surprise", note Andrew Lipsman, analyste chez eMarketer.

Amazon détient toujours un tiers de ce très lucratif marché mondial mais Microsoft, dont le PDG Satya Nadella a fait du cloud une priorité, gagne du terrain même s'il est encore loin derrière avec 14,5% des parts de marché.

Pour le 1er trimestre de l'exercice 2020, Amazon table sur une progression de 16 à 22% de ses ventes, entre 69 et 73 milliards de dollars.

OC avec AFP