BFM Business

BlackBerry joue sa survie avec un smartphone carré

BlackBerry cherche a reconquérir la clientèle professionnelle avec son modèle Passport.

BlackBerry cherche a reconquérir la clientèle professionnelle avec son modèle Passport. - Carl Court - AFP

Le fabricant canadien a présenté le 24 septembre son dernier téléphone, le Passport. Un modèle centré sur les besoins professionnels et au design carré en totale rupture avec le marché.

Un smartphone carré sera-t-il la planche de salut de BlackBerry ? L’équipementier canadien, à peine sorti d’un plan de restructuration, a présenter son nouveau modèle, le Passport, au format inédit. Alors que les smartphones rectangulaires règnent en maitre, BlackBerry a fait le choix d’un modèle doté d’un écran tactile carré de 4,5 pouces. Sans oublier sa marque de fabrique, un clavier physique.

Autre caractéristique : le Passport propose des fonctions et un environnement centrés sur les besoins professionnels et moins sur un usage ludique.

Le nouveau BlackBerry cible clairement les cadres d'entreprises, les professionnels de santé, les investisseurs et autres financiers. Comme un passeport, il se glisse aisément dans la poche intérieure d'un veston ou dans le sac à main des femmes, a expliqué en substance John Chen, arrivé à la tête de BlackBerry il y a dix mois.

60 dollars moins cher que l'iPhone6

Côté prix, BlackBerry a opté pour un positionnement commercial agressif : il est vendu à partir de 599 dollars aux Etats-Unis, directement depuis le site du groupe ou via le site du commerçant en ligne Amazon, soit 50 dollars de moins que le prix de départ de l'iPhone 6.

En plus du Passport, BlackBerry compte aussi renouer avec les bénéfices en lançant d’ici deux mois un autre modèle, le BlackBerry Classic, un appareil proche du Bold, son dernier véritable succès commercial.

"Pour l'instant, BlackBerry a simplement besoin d'un téléphone qui soit un succès. Peu importe qu'il s'agisse du Passport, du Classic ou d'un autre mais l'entreprise a besoin d'un appareil qui lui permettre de relancer son activité de terminaux", explique Brian Colello analyste chez Morningstar .

Depuis plusieurs années, le groupe a vu sa part de marché s'écrouler face à la concurrence de produits tels que l'iPhone d'Apple et des combinés utilisant le système d'exploitation mobile Android de Google. Il a donc choisir de quitter le marché du grand public pour revenir à ses fondamentaux, la clientèle professionnelle.

Le groupe doit présenter ses résultats financiers vendredi 26 septembre pour le deuxième trimestre de son exercice fiscal 2015 qui devrait confirmer le lent redressement de l'entreprise qui avait licencié pratiquement la moitié de ses effectifs l'an dernier.

C.C. avec agences