BFM Business

Axa met 100 millions d'euros pour anticiper le choc du numérique

"La révolution du digital et des données va transformer toute la chaîne de valeur de l'assurance" a déclaré Henri de Castries, Président-directeur général du groupe Axa.

"La révolution du digital et des données va transformer toute la chaîne de valeur de l'assurance" a déclaré Henri de Castries, Président-directeur général du groupe Axa. - Eric Piermont-AFP

En dotant richement son incubateur pour start-up technologique, l'assureur veut anticiper plutôt que subir les innovations de rupture affectant son coeur de métier.

L'assurance, comme sa cousine, la banque, est aux aguets concernant les ruptures technologiques à venir.

Très actif dans le numérique, Axa crée Kamet, un incubateur d’innovations technologiques, initialement doté de 100 millions d’euros. Selon le groupe français, il aura pour objectif d’imaginer, initier, lancer et accompagner plusieurs projets "disruptifs" dans l'assurance.

Ces projets seront portés par des salariés ou des entrepreneurs externes. Autrement dit, Axa investira dans des start-up innovantes susceptibles de changer la donne dans l'assurance par leurs capacités technologiques.

"Avec les capacités de détection des tendances émergentes des Axa Lab de la Silicon Valley et de Shanghai et d’investissement d’Axa Strategic Ventures, notre objectif est d’imaginer puis de développer les start-up et les projets les plus disruptifs pour nos métiers, qui, demain, permettront de mieux protéger et servir nos clients, de manière plus efficace" explique Henri de Castries, Président-directeur général du groupe.

L'impact de la voiture autonome devra être anticipé

Pour le groupe, la révolution du numérique et du traitement massif des données des clients va transformer toute la chaîne de valeur de l'assurance.

La vague du covoiturage à laquelle s'intéresse Axa aussi bien que l'arrivée de la voiture autonome (sans chauffeur) sur les routes sont également susceptibles de bouleverser le métier de l'assurance automobile.

"La technologie du véhicule autonome rend les voitures plus sûres ce qui exerce un impact sur les pratiques de souscription des polices d'assurance, la fréquence des sinistres, leur gravité. Pour rester pertinents à l'avenir, les assureurs doivent procéder aux ajustements nécessaires de leurs modèles économiques et de leur stratégie d'entreprise" estimaient les consultants de KPMG, en juin 2015 dans une étude qui soulignaient la faible prise de conscience des assureurs vis à vis de cette "révolution" en gestation.

L'incubateur Kamet sera dirigé par Stéphane Guinet, directeur général d'Axa Global Direct depuis 2009.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco