BFM Business

Au Bourget, les drones volent la vedette aux avions

Le AR.Drone de la société française Parrot est un quadricoptère pilotable par iPhone et conçu pour le divertissement.

Le AR.Drone de la société française Parrot est un quadricoptère pilotable par iPhone et conçu pour le divertissement. - -

Le salon du Bourget est traditionnellement le rendez-vous des avionneurs. Mais d’autres petits engins volants ont fait leur apparition: les drones. Et ces derniers ne servent pas que dans les conflits.

Le salon du Bourget, grand rendez-vous de l'aéronautique dont BFM Business est partenaire, se poursuit jusqu'à ce week-end. L'occasion de parler d'un marché très prometteur: celui des drones. Mais pas celui des drones militaires, celui des drones civils. Autorisés en France depuis l'an dernier, les applications sont innombrables.

Le drone civil sera à l'aéronautique ce que la téléphonie mobile a été à la téléphonie fixe, c'est la conviction du patron de Delta Drone. Cette PME française a mis au point une grosse libellule qui vole à 50 km/h. Avant le décollage, on paramètre la tâche à effectuer sur une tablette tactile. Ensuite, le drone est autonome.

Sauver des victimes d'avalanche ou livrer des pizzas

Dans les stations de ski, on s'en servira pour mesurer le niveau de neige ou pour retrouver les victimes d'avalanche. Il servira aussi à surveiller les lignes électriques ou à aller repérer les microfissures sur un barrage hydraulique. Et toutes sortes de tâches qui seraient trop fastidieuses ou trop dangereuses pour l'homme.

En France, cela fait un an que la direction générale de l'aviation civile autorise les drones civils. De quoi susciter des vocations: le français Parrot, connu pour son quadricoptère piloté par iPhone, prend désormais le virage vers les drones professionnels, pour faire de la cartographie notamment.

Enfin, les marques commencent à s'emparer du phénomène. Comme Domino's Pizza, qui teste au Royaume-Uni la livraison de votre quatre fromage par drone. Plus rapide que les scooters des livreurs.

A LIRE AUSSI:

>> Sauvetage, livraison, assassinat... il y a un drone pour ça

>> Le PDG de Dassault s'inquiète de l'achat de drones américains par la France

Anthony Morel