BFM Business

Apple va verser 100 milliards de dollars à ses actionnaires

Apple récompense ses actionnaires

Apple récompense ses actionnaires - -

Sous la pression des actionnaires, Apple a annoncé mardi 23 avril qu'il allait augmenter la somme versée aux actionnaires. Elle sera de 100 milliards de dollars d'ici à 2015.

Apple a cédé aux pressions de ses actionnaires. Le groupe à la pomme a annoncé mardi 23 avril son intention de restituer à ses actionnaires une part plus importante de ses 145 milliards de dollars (112 milliards d'euros) de liquidités.

Le géant américain des hautes technologies prévoit de distribuer 100 milliards de dollars d'ici la fin de 2015. Cela passera par ce que le groupe décrit comme "la plus importante autorisation de rachat d'actions de l'histoire", d'un montant total porté à 60 milliards de dollars, et une hausse de 15% du dividende.

Ce programme, augmenté de 55 milliards de dollars par rapport à celui annoncé l'an dernier, implique qu'Apple empruntera pour la première fois de son histoire.

Un choix difficile pour le groupe qui vient de publier des résultats trimestriels mitigés. Si le chiffre d'affaires est supérieur aux attentes, le bénéfice, lui, a reculé pour la première fois depuis 10 ans. Tim Cook, le directeur général, a reconnu lors d'une téléconférence avec des analystes que la croissance d'Apple avait ralenti mais il a assuré que la situation du groupe restait solide.

Un dividende annuel de 12,20 dollars par action

Les actionnaires d'Apple peuvent donc désormais compter sur un dividende annuel de 12,20 dollars par action, soit un rendement d'un peu plus de 3%.

Au total, le groupe, dont le capital en circulation s'élève à environ 940 millions de titres, distribuera ainsi 11,5 milliards de dollars de dividendes à ses actionnaires en 12 mois, un montant supérieur à la capitalisation boursière de 200 des entreprises de l'indice Standard & Poor's 500.

L'annonce d'un possible recours à l'endettement pour financer les redistributions aux actionnaires correspond à l'une des demandes récurrentes de certains investisseurs, qui conseillaient à Apple d'emprunter plutôt que de rapatrier des profits engrangés hors des Etats-Unis, afin d'éviter une imposition lourde.

Diane Lacaze avec Reuters