BFM Business

Apple peut-il réussir son OPA sur la montre connectée ?

Présentée en septembre 2014, la première montre connectée d'Apple aura les projecteurs braqués sur elle, lundi 9 mars 2015, jour de son lancement officiel.

Présentée en septembre 2014, la première montre connectée d'Apple aura les projecteurs braqués sur elle, lundi 9 mars 2015, jour de son lancement officiel. - Getty Images North America AFP Justin Sullivan

Lancée ce lundi 9 mars, la smartwatch inaugure un marché nouveau pour Apple, cinq ans après l'iPad. Son image de marque et son génie du marketing lui suffiront-ils pour s'imposer sur un marché défriché par ses rivaux ?

La très attendue montre intelligente et connectée d'Apple devrait être lancée lundi 9 mars, lors d'un événement médiatique dont le constructeur californien a le secret. Le PDG d'Apple, Tim Cook, n'a jusqu'à présent donné que peu de détails sur la montre intelligente, dont une première version avait été dévoilée en septembre 2014. L'entreprise californienne avait révélé son intention de mettre sur le marché l'Apple Watch au mois d'avril 2015.

La montre sera reliée à l'iPhone et possèdera une multitude d'applications et de capteurs, pour notamment surveiller sa condition physique et sa santé. On peut imaginer que le produit suscitera tout une kyrielle d'autres applications commerciales (dans le domaine bancaire notamment).

Ce sera le premier nouveau produit que lance Apple depuis la tablette iPad en 2010. Selon la marque à la pomme, la montre sera vendue 349 dollars aux États-Unis et deux formats seront disponibles dans trois collections, dont la "Apple Watch Edition", qui possède un boîtier en or jaune ou rose de 18 carats, des cristaux de saphir et des bracelets haut de gamme.

Une version "de luxe" est attendue

Cette dernière, dont le prix pourrait en faire le produit le plus cher de l'histoire d'Apple, symbolisera l'entrée du constructeur sur le marché du luxe.

Apple, un nouveau venu sur le marché des accessoires, aimerait en tout cas que sa montre ait le même impact retentissant que ses précédentes innovations comme l'iPhone ou l'iPad.

Le segment des montres connectées est en effet déjà bien occupé par les fabricants sud-coréens Samsung et LG, par le Japonais Sony ainsi que la start-up Pebble.

Motorola, qui a été achetée par le géant chinois Lenovo l'année dernière, a également conçu une montre intelligente.

Huawei a fait le choix d'un cadran rond pour sa montre connectée

Huawei, un autre fabricant chinois, a dévoilé la sienne, une montre au cadran rond assez esthétique, au congrès mondial de la téléphonie mobile à Barcelone, la semaine dernière.

Le cabinet d'études de marché; Strategy Analytics, prédit qu'Apple enflammera le marché dès le lancement de son nouveau produit, et projette des ventes de 15,4 millions d'unités à travers le monde en 2015, ce qui garantirait une part de marché de 55%.

"L'Apple Watch est le catalyseur pour lancer le marché mondial des montres intelligentes", estime Neil Mawston, le directeur exécutif de Strategy Analytics. "L'image de marque célèbre d'Apple, ses fans loyaux, un forte présence en magasins et son écosystème d'applications bien garni assurera un avenir à la montre", prédit-il. M.

Neil Mawston a toutefois indiqué que quelques problèmes de jeunesse devront être corrigés: "La première génération de l'Apple Watch n'est toujours pas parfaite". "Par exemple, le design de la montre est moins joli que celui de modèles rivaux, notamment la Huawei Watch. L'autonomie ne sera pas aussi longue que ce à quoi sont habitués les propriétaires de montres et le prix élevé des produits Apple risque d'être un obstacle pour certains consommateurs", ajoute-t-il.

Apple pourra t-il convaincre au-delà de sa clientèle la plus fidèle ?

D'autres analystes doutent que la montre intelligente deviendra un accessoire incontournable, notamment si les prix restent à ce niveau. Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates croit, de son côté, que les consommateurs loyaux d'Apple seront responsables d'un d'un certain volume de ventes mais cela ne garantira pas l'adoption massive du produit.

"Dix millions de personnes devraient l'acheter car c'est un produit Apple", dit M.Kay. "Mais la grande question est de savoir si ce segment de marché a un avenir."

Une autre incertitude majeur sera de savoir si Apple est en mesure de créer un aussi grand engouement autour d'un produit sans son légendaire patron Steve Jobs, décédé en 2011.

"Steve pouvait faire croise à tout le monde que c'était la prochaine merveille, et les gents étaient prêts à le croire", ajoute M.Kay. "Ils n'ont jamais présenté un nouveau produit sans Steve. C'est le défi de Tim Cook"; conclut-il.

F.B avec AFP