BFM Business

Apple à ses côtés, Didi pourrait partir à la conquête de Wall Street

Didi pourrait bien s'introduire en Bourse.

Didi pourrait bien s'introduire en Bourse. - Greg Baker - AFP

"Uber grignote les parts de marché de Didi en Chine. Pour contrer son concurrent, l'application chinoise veut donc lever de l'argent aux Etats-Unis."

Didi projetterait de s'introduire en Bourse. Selon Bloomberg, Didi Chuxing (son nom complet) a l'intention de faire ses premiers pas à la Bourse de New York dès l'an prochain. Le calendrier exact, poursuit Bloomberg, reste suspendu à la façon dont se poursuivra sa bataille avec l'américain Uber, qui connaît depuis deux ans sur le marché chinois une fulgurante montée en puissance.

Sa valorisation actuelle, estimée à 26 milliards de dollars, laisse augurer une opération d'envergure. Elle pourrait même constituer la plus grosse introduction boursière d'un groupe chinois à Wall Street depuis celle en 2014 d'Alibaba, numéro un chinois de la vente en ligne. Contacté par l'AFP, la principale application de réservation de taxis et de VTC en Chine, s'est cependant refusée à tout commentaire et a démenti l'information de façon lapidaire: "Nous n'avons pas un tel projet, ni un tel calendrier".

Didi lève des milliards

Didi a bénéficié vendredi d'un coup de projecteur mondial avec l'annonce d'un investissement de 1 milliard de dollars de la part du géant américain de l'électronique Apple. Didi Chuxing compte 300 millions d'usagers inscrits, pour plus de 11 millions de courses effectuées chaque jour à travers 400 villes chinoises.

L'an dernier, l'application dominait 99% du marché chinois des réservations de taxi en ligne et 87% de celui des réservations de véhicules privés avec chauffeur. Mais sur ce créneau, Uber, arrivé début 2014 en Chine, s'arroge désormais entre 10 et 15% de parts de marché, à coup d'investissements colossaux, subventionnant largement les trajets des usagers. Ce qui a contraint Didi à adopter une stratégie similaire, et à lever récemment plusieurs milliards de dollars pour assurer le maintien de ses parts de marché et financer son développement.

Didi, né en 2015 de la fusion de deux applications concurrentes soutenues respectivement par Alibaba et Tencent, conforte également ses alliances à l'étranger. Il a ainsi pris une participation dans l'application américaine Lyft, rival d'Uber aux États-Unis: une façon de défier ce dernier sur son principal terrain, où son introduction boursière à Wall Street lui permettrait de renforcer sa visibilité.

D. L. avec AFP