BFM Business

Amazon recrute 3000 spécialistes de l'intelligence artificielle et du "cloud"

L'annonce des recrutements a été faite en présence de Justin Trudeau, le Premier ministre du Canada.

L'annonce des recrutements a été faite en présence de Justin Trudeau, le Premier ministre du Canada. - Jeff Vinninck - Getty Images North America - AFP

Le géant américain de la vente en ligne a annoncé la création de milliers de postes au Canada pour son nouveau "tech hub" dédiée aux nouvelles technologies.

Le géant américain de la vente en ligne Amazon a annoncé, en compagnie du Premier ministre canadien Justin Trudeau, l'embauche d'ici 2022 de 3000 nouveaux employés à Vancouver. Ils seront spécialisés dans l'intelligence artificielle et le "cloud". Amazon va investir et rénover une ancienne poste du centre-ville de la métropole de la côte pacifique canadienne afin d'accueillir ses nouveaux collaborateurs.

Ce nouveau "Tech Hub" sera dédié aux technologies liées au e-commerce, au "cloud" (informatique dématérialisée) et à l'intelligence artificielle avec le "machine learning" (apprentissage des machines), a indiqué dans un communiqué la compagnie américaine, établie à Seattle à 240 kilomètres au sud de Vancouver.

Le Canada comptera 9000 salariés d'Amazon 

Cet investissement "témoigne de la population active diversifiée et hautement qualifiée que l'on trouve au Canada et de l'énorme potentiel de notre pays en tant que carrefour de l'innovation et de la technologie", s'est félicité Justin Trudeau.

Amazon avait déjà annoncé en novembre dernier l'embauche d'ici 2020 de 1000 employés à Vancouver. Avec l'annonce de lundi, cela portera à 9000 le nombre de personnes employées par le géant américain au Canada à l'horizon 2022.

Le Canada espère en outre accueillir le deuxième siège social d'Amazon à Toronto. La métropole canadienne figure en effet dans la liste finale des 20 villes pressenties par le groupe américain pour son "HQ2".

Ce second centre névralgique de l'entreprise s'ajoutera au siège social d'Amazon à Seattle, créé en 2010, et promet la création de 50.000 emplois et un investissement de 5 milliards de dollars américains (4,3 milliards d'euros) dans la ville choisie, selon l'entreprise.

A.M. avec AFP