BFM Business

Alibaba gagné par la fièvre du food delivery

Le géant asiatique s’est associé à Ant Financial, un spécialiste du paiement en ligne, pour créer Koubei, une plateforme mobile qui relie les restaurants et les clients.

Le géant asiatique s’est associé à Ant Financial, un spécialiste du paiement en ligne, pour créer Koubei, une plateforme mobile qui relie les restaurants et les clients. - Tobias Schwartz - AFP

Le géant asiatique s’est allié à Ant Financial, un spécialiste du paiement en ligne, pour lancer Koubei, un service de livraison de repas. Ensemble, ils ont investi 1 milliard de dollars dans cette activité.

Si pour les uns, livrer des repas est juste un petit job, pour les géants des high tech, c’est sans doute l’une des activités la plus prometteuses du moment. Après Amazon, Google et Uber, c’est au tour d’Alibaba de lancer une nouvelle offensive sur ce business O2O (online to offline).

Le géant asiatique s’est associé à Ant Financial, un spécialiste du paiement en ligne, pour créer Koubei, une plateforme mobile qui relie les restaurants et les clients. Ils ont chacun investi 480 millions de dollars dans cette structure qui englobera Taodiandian, la plateforme de livraison d’Alibaba.

Pour Alibaba, cette stratégie a un double objectif. D’une part, il s’agit d’entrer dans un marché extrêmement porteur d’un bout à l’autre de la planète. D’autre part, cette offensive est destinée à ne pas laisser la place à Tencent, l’autre géant de l’Internet chinois. En janvier, ce groupe valorisé à plus de 200 milliards de dollars a investi 350 millions de dollars dans Ele.me (faim, en chinois), un service de livraison de repas à Shanghai.

La livraison de repas est devenu un marché mondial

Cette activité qui peut sembler anecdotique, est en fait loin d’être un hobby. Par l’intermédiaire d’une appli, elle s’insère entre les restaurants et les consommateurs pour développer son audience. Les premiers comptent sur de nouveaux clients, les seconds sur un service rapide, de qualité et abordable. A l’instar de Booking ou d’Uber, le service consiste à répertorier des restaurants, les classer par genre, puis de leur proposer ce service via une appli contre un pourcentage de chaque commande.

Si les géants américains et asiatiques se sont rapidement positionnés sur cette activité, l’Europe n’est pas en reste. L’allemand Delivery Hero (groupe Rocket) a réalisé récemment une levée de 110 millions d’euros. Elle est désormais valorisée à 2,8 milliards d'euros et assure son activité dans 34 pays.

En France, de plus en plus de startup commencent à prendre pied dans cette activité. Dernière en date FoodChéri qui a rejoint des précurseurs comme AlloResto ou ChronoResto.

Pascal Samama