BFM Business

À la Société Générale, pour ouvrir un compte on pourra envoyer un selfie

La Société Générale a eu recours à la technologie de la société française Idemia pour optimiser la reconnaissance faciale par selfie.

La Société Générale a eu recours à la technologie de la société française Idemia pour optimiser la reconnaissance faciale par selfie. - Société Générale

Pour la première fois en France, une banque gère l’ouverture d’un compte à distance en utilisant la reconnaissance biométrique faciale par selfie pour identifier son futur client.

Inviter ses nouveaux clients à prendre un selfie avec leur smartphone pour ouvrir un compte bancaire. C'est la promesse de la Société Générale. La banque veut accélérer, grâce à la biométrie faciale authentifiant le futur client à partir de la photo prise sur son smartphone, le processus d'ouverture d'un compte bancaire à distance, évitant à ses prospects de se déplacer.

La banque a obtenu l'accord de la Cnil pour déployer cette technologie, à condition qu'aucune donnée biométrique ne soit conservée. Pour authentifier le nouveau client, ce dispositif est complété par un entretien en vidéoconférence avec un conseiller de la banque.

Pour la banque, cette solution garantit l’identification en temps réel du futur client. Elle a aussi pour vertu de remplacer la contrainte réglementaire obligeant le futur client à effectuer un premier versement depuis un autre compte bancaire quand l'ouverture se fait à distance.

Concrètement, les futurs clients devront préalablement télécharger l’application Société Générale (gratuite sur Android et iPhone). Après avoir renseigné leurs informations personnelles indispensables, ils transmettront leurs pièces justificatives numérisées (papiers d'identité, justificatif de domicile,...) sur l'application et prendront un selfie dynamique (sous plusieurs angles) avec l'appareil photo de leur smartphone. C'est ici qu'intervient la grande nouveauté technologique, développée par la société française Idemia (issue de la fusion en 2017 d'Oberthur et Morpho) pour la banque.

Celle-ci résulte de l’exécution d’un algorithme de reconnaissance faciale qui permet de comparer la photo du titre d’identité à différentes photos (profil, face, yeux ouverts ou fermés) prises par le futur client pendant le selfie dynamique. Cette opération donne lieu à l’établissement d’un score de fiabilité d’identification qui est la seule donnée conservée par la banque à l'issue de l'authentification par biométrie.

La reconnaissance faciale est réitérée lors de l'entretien vidéo

La même opération de reconnaissance faciale est renouvelée lors de l'échange en vidéoconférence entre le client et le conseiller de la banque, qui fait obligatoirement partie du processus. Cette entretien vidéo est effectué soit immédiatement, soit en programmant un rendez-vous. Enfin, le processus se termine par la signature électronique du client, qui dispose d'un compte et d'un accès à son RIB dans les 24 heures.

Si l'utilisation de la biométrie faciale est une première dans le domaine de l'ouverture de compte bancaire à distance en France, l'usage de la visioconférence avec un conseiller a déjà été popularisée par la néobanque allemande N26, implantée en France depuis janvier 2017.

D’ici 2020, grâce à ses innovations, la Société Générale vise 30% d’ouvertures de comptes effectuées en ligne (contre seulement 10% actuellement).

Frédéric Bergé