BFM Business

A Amsterdam, un pont imprimé en 3D pour traverser les canaux

MX3D utilise un acier composite qui durcit presque instantanément. Les pièces seront soudées entre elles avec un gaz de soudage.

MX3D utilise un acier composite qui durcit presque instantanément. Les pièces seront soudées entre elles avec un gaz de soudage. - Gerrit De Heus - AFP

Après les moteurs d’avion, les maisons, les pizzas et les différents objets de tous les jours, l’impression 3D investit  le génie civil. Un pont va être imprimé par les robots de la société MX3D.

On peut déjà réaliser de nombreuses choses en impression 3D, mais, hélas, peu de gens ont conscience du potentiel de cette révolution industrielle. Pour la faire découvrir au grand public, quoi de mieux que de se rendre dans la rue pour la fabriquer aux yeux de tous?

La société MX3D, fabricant d’imprimantes 3D, se lance donc dans un projet urbain à Amsterdam. Avec trois partenaires, Lenovo, Autodesk et Air Liquide, ce spécialiste va réaliser un robot pour construire un pont métallique de plus de 7 mètres dans la veille ville. Cette performance technologique sera réalisée sans aucune intervention humaine.

A la tête de ce projet, le designer néerlandais Joris Laarman qui, sur le site Fastcodesign, explique son ambition. "Nous avons cherché la chose la plus emblématique à réaliser en public. Au Pays-Bas, ce ne pouvait être qu’un pont au-dessus d’un canal. Mais, au delà de l’aspect publicitaire, si nous sommes capable de réaliser ce pont, nous sommes capables de tout construire." Et déjà, ce spécialiste imagine des buildings imprimés en 3D. En Chine, des maisons individuelles sont déjà imprimées, mais pour le moment, il n’existe pas encore de projets pour des bâtiments plus imposants. 

Le pont 3D d’Amsterdam sera-t-il assez solide pour supporter le poids des passants? Pour MX3D, cela ne fait aucun doute. Au lieu d’utiliser de la résine ou des matières composites, le matériau est un acier composite dont les pièces seront soudées les unes aux autres avec un gaz de soudage mis au point par Air Liquide. Mais surtout, comme on le voit sur la vidéo, l’acier utilisé durcit en quelques secondes et permet ainsi de créer les formes les plus inattendues. 

Si techniquement tout est calé, il ne reste que deux choses à régler: déterminer l’emplacement exact du projet, qui doit se décider avec la ville d’Amsterdam, et trouver un nom pour ce pont. Il y a encore un peu de temps puisque l'ouvrage doit être livré fin 2017.

Pascal Samama