BFM Business

Sapin veut "une réforme profonde" de la formation professionnelle

Michel Sapin veut "prendre l'argent" de la formation professionnelle pour "le mettre en faveur d'autres publics".

Michel Sapin veut "prendre l'argent" de la formation professionnelle pour "le mettre en faveur d'autres publics". - -

Michel Sapin, le ministre du Travail, a affirmé, ce jeudi 3 octobre, que le contexte actuel nécessitait une réforme "profonde" de la formation professionnelle. Il a indiqué qu'une réforme du financement des organisations syndicales et patronales interviendrait également.

Depuis le 24 septembre dernier, le patronat et les syndicats ont engagé des discussions en vue de la réforme de la formation professionnelle.

Ce jeudi 3 octobre, Michel Sapin a réitéré sa volonté de voir aboutir "une réforme profonde", prévoyant que la négociation entre partenaires sociaux sera "terminée avant la fin de cette année".

"En 1971, il y a eu une très grande loi sur la formation professionnelle, la loi Delors, dans un contexte où il n'y avait pas de chômeurs, donc c'était tout dans l'entreprise", a expliqué le ministre du Travail sur Radio Classique et LCI.

Éviter la "confusion des genres"

"Aujourd'hui, quels sont les publics qui ont besoin de formation? les jeunes qui sont sortis sans formation et qui n'arrivent pas à trouver de boulot, les chômeurs", a-t-il souligné. "Et puis il y a tous ceux qui dans l'entreprise ont une très faible formation et qui aujourd'hui ne sont pas les bénéficiaires principaux de la formation professionnelle".

"Il faut réorienter profondément, il faut prendre l'argent pour pouvoir le mettre en faveur d'autres publics, et ça c'est de la négociation entre partenaires sociaux", a ajouté Michel Sapin. "Ce dialogue est engagé au niveau national, il sera terminé avant la fin de cette année, il y aura une grande loi qui réformera la formation professionnelle".

Et de conclure: "il y aura une réforme du financement des organisations syndicales et patronales, parce que je pense qu'il ne faut pas qu'il y ait de confusion des genres: l'argent de la formation professionnelle va à la formation professionnelle. Financer le paritarisme, le dialogue social, ça doit se faire d'une autre manière et en toute clarté".

Y. D.