BFM Business

Les groupes du CAC 40 ont renoué avec les profits en 2016

Presque tous les voyants étaient au vert en 2016 pour les sociétés du CAC 40.

Presque tous les voyants étaient au vert en 2016 pour les sociétés du CAC 40. - Andrew Burton - AFP

Entre 2015 et 2016, les revenus des 40 entreprises cotées en France les plus puissantes ont fortement progressé, selon une étude EY. Leur endettement atteint un plus bas depuis 11 ans.

Les résultats des entreprises du CAC 40 ont fortement progressé entre 2015 et 2016, renouant avec les niveaux de 2010, relève une étude des cabinets de conseil EY (ex-Ernst and Young) et Ricol Lasteyrie publiée jeudi.

Le résultat net cumulé des groupes membres de l'indice a atteint 77 milliards d'euros l'année dernière, contre 55 milliards en 2015, soit une hausse de près de 40%, observe l'édition 2017 du "Profil financier du CAC 40", qui porte sur l'année 2016. "On retrouve cette année un niveau de bénéfices comparable à celui de 2010, année après laquelle les résultats avaient été lourdement impactés par des dépréciations d'actifs", note l'étude.

L'investissement progresse

Cette rentabilité accrue va de pair avec une progression de la marge opérationnelle des groupes du CAC 40, qui a elle aussi progressé de 40% par rapport à 2015, pour s'établir à 7,6% (7,8% hors impact des changements de composition de l'indice). Nouveau signe d'un retour à l'optimisme sur les marchés, l'investissement total est en progression, pour la première fois depuis 2012, augmentant de 2% à 81 milliards d'euros, soit 6% du chiffre d'affaires global.

"Comme en 2015, Total, Orange et Engie sont les principaux moteurs de l'investissement global du CAC 40 (39% du total), qui est également alimenté par le remplacement d'Alcatel Lucent par Nokia dans l'indice", détaillent les deux cabinets de conseil.

Le retour de la confiance s'illustre également dans le fait que les entreprises du CAC 40 ont largement fait appel au marché, selon l'étude, au travers de levées obligataires (en hausse de plus de 20% en 2016) mais également par des augmentations de capital significatives, ces dernières ayant doublé entre 2015 et 2016.

Baisse de l'activité

Par ailleurs, preuve d'un assainissement des bilans, l'endettement net des entreprises du CAC 40 a continué à baisser pour la cinquième année consécutive en 2016, atteignant son plus bas niveau depuis 11 ans, à 178 milliards d'euros. "Les entreprises ayant continué à renforcer leurs fonds propres, le gearing (ratio dette nette/fonds propres) diminue" pour ressortir désormais à 20%, soit le niveau le plus faible depuis la création du "Profil financier du CAC 40" en 2006, précise l'étude.

Seule ombre au tableau, l'activité des sociétés du CAC 40 est restée relativement stable en 2016 par rapport à 2015 puisque leur chiffre d'affaires cumulé a progressé de 1%, à 1.243 milliards d'euros. Mais cette légère hausse est essentiellement imputable à l'entrée de Sodexo et de Nokia dans l'indice parisien, sans lesquels le chiffre d'affaires a diminué de 0,9% en un an avec "17 sociétés, dont 3 des plus fortes contributrices en matière de chiffre d'affaires (Total, Engie et ArcelorMittal) (ayant) connu une baisse de leur activité", souligne l'étude.

N.G. avec AFP