BFM Business

Les conseils d'administration "ont besoin d'être formés" sur les enjeux climatiques

Denis Terrien, le patron de l’Institut français des administrateurs (IFA), estime que les enjeux environnementaux ne sont pas encore suffisamment pris en compte par les conseils d'administration.

"A partir du moment où le climat impacte mon business model - et donc la stratégie d'entreprise - oui, ça doit être un sujet du conseil d'administration". A la veille de l'édition 2019 de la journée annuelle des administrateurs, Denis Terrien a tenu à souligner l'importance de plus en plus cruciale des enjeux environnementaux pour les entreprises. Invité sur BFM Business dans l'émission "12H, L'Heure H" ce mardi, le patron de l’Institut français des administrateurs (IFA) reconnaît néanmoins une certaine "ambivalence" sur le sujet de la part des administrateurs. 

"D'un côté, tout le monde sent qu'il y a une urgence à agir. En revanche, les administrateurs ont besoin d'être formés et informés sur ce qu'il se passe sur le climat. Cela veut dire qu'il y a (…) une notion, mais la prise en compte au niveau du conseil n'est pas encore-là. Je pense que les attentes viennent aujourd'hui des employés et des clients avant les instituts financiers", explique le patron de l'IFA.

Selon lui, il existe "une dichotomie entre, d'un côté, le sentiment d'urgence, de l'autre côté (le fait de) ne pas savoir ce qu'il en est". Par ailleurs, "la plupart des personnes sont conscientes que cela va impacter le business model" et qu'il "faut que ce sujet remonte au niveau du conseil d'administration". "De même (…) le climat était généralement une notion de risque" et analysée comme telle par le comité d'audit. Désormais, cette problématique est aussi perçue comme une source "d'opportunités et de développement".

Diversité de représentativité: la France fait mieux que les Etats-Unis

Plus globalement, sur le fonctionnement général des conseils d'administration, le président de l'IFA se félicite de la présence de plus en plus importante d'administratrices et des jeunes générations dans les conseils d'administration. "La moyenne d'âge des conseils en France est dix ans inférieure à la moyenne d'âge des conseils aux Etats-Unis", tient-il à souligner. "Et il y a, à peu près, 10 à 15% des personnes qui ont en-dessous de 40 ans". 

Evoquant le cas de Renault et de l'éviction soudaine de Thierry Bolloré de son poste de directeur général, Denis Terrien tient à rappeler quelques règles fondamentales en matière de fonctionnement des conseils d'administration. "Je ne vais pas faire un cas sur Renault spécifiquement. Mais ce que l'on peut voir (…), c'est que ce n'est pas parce qu'on a une très bonne gouvernance qu'on a toujours une entreprise qui va bien. En revanche, très souvent quand on a une entreprise qui a des difficultés, il y a, en amont, un problème de gouvernance", conclut-il.

JCH