BFM Business

L'intersyndicale de Suez "combattra" jusqu'au retrait de l'offre de Veolia

Veolia relève son offre sur Suez

Veolia relève son offre sur Suez - AFP

Dans un communiqué, l'intersyndicale de Suez estime qu'il faut "stopper l'OPA de Veolia" pour éviter "l'assassinat d'un fleuron industriel".

L'intersyndicale du groupe de services à l'environnement Suez a prévenu samedi qu'elle "combattrait jusqu'au retrait" de l'offre d'achat de 29,9% du capital de l'entreprise par son concurrent Veolia, craignant une "casse sociale" et préférant la proposition alternative du fonds d'investissement Ardian. Mercredi, l'énergéticien Engie, propriétaire de Suez, a dit accueillir "favorablement" la nouvelle proposition du géant de l'eau et des déchets Veolia, relevée à 3,4 milliards d'euros (contre 2,9 milliards initialement).

Mais Engie s'est donné jusqu'à lundi minuit pour valider l'accord, alors que Suez est opposé à l'offre de son concurrent. "L'Etat n'écoute même pas les élus et les communautés de communes qui se sont manifestés contre cette OPA. C'est une aberration que les salariés ne soient pas écoutés", indique l'intersyndicale (CFE-CGC, CFDT, CFTC, CGT et FO) dans un communiqué. Craignant "cet assassinat d'un fleuron industriel et la casse sociale qui va en découler", ces syndicats estiment qu'"il faut stopper cette OPA".

"La solution alternative Ardian, qui n'aura pas d'impact social et qui conservera le groupe dans sa globalité, doit être étudiée sereinement en prenant tout le temps nécessaire", ajoutent-ils. "On ne nous fera pas taire, nous résisterons et combattrons jusqu'au retrait de l'OPA de Veolia sur Suez", prévient l'intersyndicale. Le fonds propose de porter l'actionnariat salarié à environ 10% et évoque des investisseurs à connotation "socialement responsable".

"Les dirigeants d'Engie ont un raisonnement financier"

L'intersyndicale s'est également tournée vers les présidents du Sénat, Gérard Larcher, et de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. Dans un courrier daté de vendredi et envoyé samedi, elle leur demande de prendre position pour que l'offre Ardian ait "le temps d'être examinée" et "désamorcer la bombe sociale qui menace d'exploser". "En tant que deuxième et troisième personnages de l'Etat, votre parole sera écoutée si vous appelez à l'impartialité et à la sérénité: si vous demandez à chacun de prendre quelques semaines de plus", écrit l'intersyndicale.

"Les dirigeants d'Engie ont un raisonnement financier, sans considération des parties prenantes qui sont les salariés et les collectivités locales", ajoute-t-elle, regrettant que "l'exécutif semble avoir pris fait et cause pour une offre, contre l'autre". La semaine dernière, les syndicats de Suez s'étaient même offerts une pleine page de publicité dans le Journal du Dimanche pour faire part de leur colère. Une démarche réitérée ce dimanche dans l'hebdomadaire.

"Messieurs Frérot et Clamadieu, votre stratégie n'a rien d'amicale, elle vise la disparition de notre entreprise. Vos petits arragements entre amis, on n'en veut pas. L'OPA de Veolia sur Suez, on n'en veut pas!", écrivent-ils sur un fond couvert par deux marionnettes de Pinochio au nez allongé...

Montebourg s'en mêle

Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie et du Redressement productif sous le précédent quinquennat, a partagé sur son compte Twitter un courrier adressé au Premier ministre Jean Castex, où il soutient également l'offre d'Ardian. Elle permettrait "à Engie de céder à meilleur prix sa participation et de préserver l'intégralité de Suez", selon lui.

"Comment le gouvernement que vous dirigez peut-il laisser démanteler une entreprise aussi importante et robuste qu'est Suez, dont l'implantation territoriale sur le sol français est pourvoyeuse d'emplois stables et qualifiés sur les territoires, dans cette période d'affaissement économique très dure que nous traversons?", écrit l'ancien ministre socialiste.
P.L. avec AFP