BFM Business

Engie rejette le projet d’Ardian de racheter Suez

Le président d'Engie Jean-Pierre Clamadieu, à la réunion du Medef à Paris le 27 août 2020

Le président d'Engie Jean-Pierre Clamadieu, à la réunion du Medef à Paris le 27 août 2020 - ERIC PIERMONT © 2019 AFP

Le groupe a déjà éconduit le fond d’investissement dont les intentions étaient trop imprécises.

C’est une proposition qui fait "pschit". Ce jeudi, le fonds d’investissement français Ardian, a dévoilé son projet de racheter la participation de 29,9% qu’Engie détient dans Suez. Un rebondissement alors que la veille, le premier actionnaire de Suez avait presqu’accepté la vente de ses parts à Veolia en validant en tout cas son prix et ses engagements sociaux.

En réalité, Ardian est sorti du bois mercredi, juste avant le conseil d’administration d’Engie qui devait se prononcer sur l’offre de rachat de ses parts dans Suez par Veolia. Deux heures avant qu’il ne débute, le président de Suez, Philippe Varin, envoie à son alter ego d’Engie, Jean-Pierre Clamadieu, le projet d’Ardian qu’il soutient. Sauf que le fonds, qui n’a pas souhaité nous répondre, ne propose rien de concret. Son projet de rachat des 29,9% de Suez ne comporte pas de prix…

Pas de prix à l'offre

Le conseil d’Engie a pris connaissance de la "lettre d’intention" d’Ardian. Mais "il était impossible de délibérer dessus car il n’y avait rien de solide", explique une source. Curieusement, Ardian demande à Engie de se prononcer avant vendredi soir, soit en seulement deux jours, et à la condition que les discussions entre Veolia et Suez n’aboutissent pas. Tout ceci avant le délai de cinq jours obtenu hier par Engie pour boucler les discussions avec Veolia. Quant au prix, Ardian promet de le dévoiler dix jours plus tard, sous condition d’étude approfondie des comptes de Suez pendant six semaines…

"Cette proposition est une distraction inutile, s’agace une source proche d’Engie. On pense en réalité qu’Ardian rend service à Suez qui voulait absolument présenter une alternative, ajoute un bon connaisseur du dossier. Leur projet n’en est pas un car il est mort dans l’œuf et c’est volontaire".

Engie a éconduit Ardian et Suez hier pendant son conseil d’administration. L’une des raisons pour lesquelles la réunion a duré près de six heures. "Tout le monde a envie de passer à autre chose", conclut un protagoniste.

Matthieu Pechberty Journaliste BFM Business