BFM Business

Vente des deux Mistral non livrés à la Russie: la France ne perd pas d'argent

L'Egypte va acquérir les deux Mistral non livrés à la Russie. Et d'après le gouvernement français, il n'y a pas de perte financière.

C'était dans les tuyaux depuis un moment. L'Egypte s'est décidée. La France et l'Egypte ont conclu un accord sur le principe et les modalités du rachat des deux navires de guerre Mistral initialement destinés à la Russie, annonce mercredi la présidence française.

Et selon l'entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l'accord porte sur environ 950 millions d'euros. 

Une somme qui n'est pas une surprise puisque le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, avait déclaré plutôt dans la journée lors du compte-rendu du Conseil des ministres: "je vais réfuter totalement ce qui a été indiqué par certains qui consisterait à dire qu'il y aurait une perte par rapport à cet accord (...) à ce qui aurait été l'hypothèse d'une vente à la Russie".

La France avait annoncé début août l'annulation de la vente à la Russie des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) Mistral conclue en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, une décision dont le coût est de 950 millions d'euros, la somme remboursée aux autorités russes. Des négociations étaient depuis lors en cours avec une dizaine de pays, dont l'Egypte.

Livraison en mars

L'entourage de Jean-Yves Le Drian précise également que les deux Mistral pourront être livrés à la marine égyptienne en mars prochain, après la formation des équipages égyptiens. Et il indique qu'il n'y aura pas de transfert de technologies. 

Par ailleurs, le sujet de l'armement des deux Mistral reste "ouvert". 

D. L. avec agences